Pétrole et chaos: le Venezuela deviendra-t-il «la Libye de Trump»?

WikiLeaks dresse un parallèle entre la crise libyenne de 2011 et la situation actuelle au Venezuela
après l’annonce du soutien américain à son «Président en exercice» autoproclamé Juan Guaido.
La crise vénézuélienne entraînera-t-elle des conséquences similaires à celles causées par la guerre civile libyenne? Sur son fil Twitter, le projet WikiLeaks compare la situation qui s'est créée en Libye en 2011 et les évènements en cours au Venezuela.
«Obama, 2011: Kadhafi, qui produit 1,6 million de barils de pétrole par jour, doit partir. Résultat: chaos, mort, prolifération des armes jusqu'en Syrie et au Mali, terrorisme, réfugiés, Brexit. Trump, 2019: Maduro, qui produit 1,4 million de barils de pétrole par jour, doit partir. Résultat: inconnu», lit-on sur la page du projet.
WikiLeaks propose également aux abonnés de choisir le scénario qui leur semble le plus plausible après l'annonce du soutien américain au Président autoproclamé vénézuélien Juan Guaido. 37% des internautes estiment que le Venezuela sera «la Libye de Trump», alors que 30% se déclarent persuadés que la CIA sera «compétente cette fois».


Obama 2011: Gaddafi, producing 1.6 million barrels of oil per day, must go. Result: Chaos, death, arms spread into Syria & Mali, terrorism, refugees, Brexit. Trump 2019: Maduro, producing 1.4 million barrels of oil per day, must go. Result: unknown. Is Venezuela Trump's Libya?
 
 
L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 21 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé «Président en exercice» du pays et a prêté serment. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim» et a déclaré qu'il utiliserait tous les outils économiques et diplomatiques pour «rétablir la démocratie au Venezuela», frappé par une grave crise économique. La décision de M.Trump a été soutenue par le Canada et la plupart des pays latino-américains. Le dirigeant vénézuélien Nicolas Maduro a accusé Washington d'essayer d'organiser un coup d'État au Venezuela avant de rompre les relations diplomatiques avec les États-Unis. La Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie et le Mexique ont exprimé leur soutien au Président Maduro.
Source: fr.sputniknews.com