Gilets jaunes. Emmanuel Macron penserait à organiser un référendum le 26 mai

Le chef de l’État penserait à organiser un référendum le même jour que les élections européennes et
quelques semaines après le Grand débat national, affirme le JDD ce dimanche. La décision devrait être prise « sous une semaine ».
Emmanuel Macron envisagerait l’organisation d’un référendum pour sortir de la crise des Gilets jaunes, selon des informations du Journal du Dimanche. La consultation aurait lieu le 26 mai, soit le même jour que les élections européennes, et seulement quelques semaines après les conclusions du Grand débat, qui doit permettre aux Français d’exprimer leurs préoccupations.
Le bureau des élections au ministère de l’Intérieur, chargé de l’organisation des scrutins, aurait même déjà pris contact avec des imprimeurs et des papetiers dans la perspective d’une commande.
Le journal avance que le référendum pourrait contenir les questions suivantes : « Doit-on réduire le nombre de parlementaires ? », et « Faut-il limiter le cumul de mandats dans le temps ? ».

Se décider « sous une semaine »

Le président n’aurait plus que quelques jours pour trancher : « Il va falloir se décider très vite, sous une semaine », a affirmé un proche du chef de l’État, cité par le JDD. La possibilité qu’un référendum se tienne serait même « très élevée ». À ce propos, Emmanuel Macron aurait d’ailleurs déclaré, jeudi 31 janvier devant des journalistes, que « ça doit être cogité ».
« Tout est sur la table, mais rien n'est décidé », a réagi ce dimanche l'entourage du président auprès de l'AFP.

« Un grand risque » 

Laurent Wauquiez, président des Républicains, a estimé ce dimanche qu’Emmanuel Macron « prendra un grand risque » s’il décide d’organiser un référendum portant sur des sujets « coupés des préoccupations et des priorités des Français. Attention à ne pas donner le sentiment qu’au fond tout est déjà décidé », a-t-il déclaré sur Europe 1.
Noël Mamère, ancien député Europe Écologie-Les Verts a lui aussi fait part de son scepticisme sur Europe 1 : « Le président de la République est en train de présenter un joli petit leurre, qui s’appelle le référendum, aux Gilets jaunes qui manifestent de manière continue. Avec la perspective du référendum, certains se disent : « Enfin, il nous a compris ». Or, je ne suis pas sûr que le président de la République ait pris la mesure de la profondeur du ressentiment et de l’exigence démocratique et sociale qui est exprimée par les Gilets jaunes, et bien au-delà ».
« Un référendum, moi je suis toujours d'accord », a déclaré sur BFMTV Marine Le Pen, qui y voit cependant une « manoeuvre » du chef de l'État.