Trudeau annonce une aide de 53 millions de dollars pour les Vénézuéliens

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé lundi une aide de 53 millions de
dollars canadiens destinée au peuple vénézuélien, à l’ouverture d’une réunion à Ottawa des pays du Groupe de Lima.


« Aujourd’hui, le Canada monte en puissance et annonce (une aide de) 53 millions de dollars pour répondre aux besoins les plus urgents des Vénézuéliens sur le terrain, notamment les près de trois millions de réfugiés », a déclaré M. Trudeau lors d’un discours à l’ouverture des débats, qui regroupent la dizaine de pays latino-américains du Groupe de Lima auxquels sont également associés les États-Unis et l’Union européenne.
« L’essentiel de ces fonds ira à des partenaires fiables et à des pays voisins, pour les aider à soutenir le Venezuela et les Vénézuéliens », a ajouté le premier ministre. « Aujourd’hui, le Groupe de Lima envoie un message de soutien clair au peuple vénézuélien alors qu’il dessine son propre avenir. »
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo ainsi que l’adjointe de la chef de la diplomatie européenne, Helga Schmid, participeront par vidéoconférence aux débats.
Madrid, Londres, Paris, Berlin et plusieurs autres capitales européennes ont reconnu lundi l’opposant Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela après le refus de Nicolas Maduro de convoquer une élection présidentielle malgré l’ultimatum européen.
La plupart des pays du groupe de Lima, à l’exception du Mexique, avaient déjà reconnu M. Guaido la semaine dernière.
Créé en 2017, le Groupe de Lima comprend l’Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique (qui n’a pas reconnu M. Guaido), le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Guyana et Sainte-Lucie.
Dimanche, le premier ministre Justin Trudeau, qui s’est impliqué personnellement dans cette crise, a d’ailleurs téléphoné à Juan Guaido. Les deux hommes ont appelé à l’organisation d’une présidentielle « libre et juste » et réaffirmé « l’illégitimité » de Nicolas Maduro.
Source: journaldemontreal.com