Crise Anglophone au Cameroun:Le Diocèse De Kumbo Documente 385 Décès de Civils En 7 Mois

L’image contient peut-être : ciel et plein air
Le Diocèse De Kumbo Documente 385 Décès En 7 Mois
Le Révérend Elvis Nsaikila Wanyu Njong, SD, directeur des communications du diocèse de Kumbo, a déclaré que 385 civils avaient été tués en l'espace de sept mois et que 750 maisons avaient été incendiées à Kumbo. Une déclaration indique que les chiffres pourraient être plus élevés. Ceci est contenu dans un rapport détaillé produit par le diocèse, énumérant les dommages causés jusqu'à présent aux habitants du quartier général du département de Bui.
SITUATION DE DETERIORATION AU SEIN DU DIOCESE DE KUMBO
La situation dans le diocèse de Kumbo a continué de se dégrader dans le contexte de la crise sociopolitique actuelle au Cameroun, qui a dégénéré en conflit armé en 2017. De septembre 2018 à mars 2019, la situation n'a fait qu'empirer. La situation a commencé à s'intensifier dans le diocèse en septembre 2017 lorsque les forces de sécurité / défense du Cameroun ont utilisé des balles réelles contre les manifestants lors de manifestations largement pacifiques, comme l'a noté la Conférence épiscopale provinciale de Bamenda dans sa déclaration du 4 octobre 2017.
Des disparitions ont récemment eu lieu et des corps ont été retrouvés dans diverses communautés. Au cours des sept derniers mois, plusieurs civils ont été tués. Parmi les personnes tuées, il y avait des personnes handicapées et des personnes âgées qui ne pouvaient pas se sauver à l'abri. Voici quelques statistiques des meurtres récents: Romajai (4), Mantum (11), Jakiri (03), Meluf (13), Mbiame (10), Oku (04), Lun (03), Kumbo Square (03). ), Ndu (06), Nwa (15), Sabongida (10), Nkor (05), Ngarum (02), Oku (02), Ndu (03), Bomasoh (5) et d’autres lieux. Depuis la fin de 2016, un total de 358 civils ont été tués par les parties belligérantes - un chiffre susceptible d'être beaucoup plus élevé, puisque des cadavres sont découverts de temps en temps. Il est difficile de connaître le nombre de forces de l’État ou de combattants indépendantistes qui auraient pu être tués.
De nombreuses maisons, y compris des maisons, des centres d’affaires, des propriétés privées et publiques ont été incendiées dans diverses localités du diocèse de Kumbo au cours des sept derniers mois. Les parties belligérantes n'ont ni revendiqué ni accepté la responsabilité de ces incendies. Pourtant, les chiffres sont assez alarmants, comme l'indiquent ces quelques statistiques:
Dans la paroisse de Kumbo: Kumbo Squares / Taa-Nkum (36), Lun (03);
Dans la paroisse de Shisong: Shisong (01), Kirumin (13), Mbuluf (46);
Dans la paroisse de Jakiri: Mantum (09), Shiy (03), Ber (27), Jakiri (06), Noi (7);
Dans la région pastorale de Bamkikaay: Bamkikaay (16), Romajay (24);
Dans la paroisse de Mbiame: Mbiame (10);
Dans la paroisse de Meluf: Nsa'me (21), Fiikov (08);
Dans la paroisse de Ndzevru: Ndzevru (36);
Dans la paroisse d'Oku: Kive (20), Mbam (4), Tolon / Jikijem (4), Lang (2), Mboh (6), Lui (3);
Dans la paroisse de Ngarum: Taku (18), Nchati (16);
Dans la zone pastorale de Nwa: Mbak (85);
Dans la paroisse de Tobin: Nyaaro (39), Bamngoiy (3), Yungkui (03).
Au total, plus de 750 maisons et structures ont été incendiées dans le diocèse depuis fin 2016, un chiffre qui devrait également être supérieur.
Les combattants indépendantistes ont maintenu de nombreuses routes impraticables et ancrées dans les activités économiques, le secteur de l’éducation et la vie sociale à travers le diocèse. Des enlèvements ont été signalés à plusieurs reprises et, dans certains cas, des actes de torture et des demandes de rançons ont été signalés. La saga inquiétante du Saint Augustine's College fait partie de ces enlèvements: le 16 février 2018, 176 membres du collège ont été enlevés, dont 170 étudiants âgés généralement de moins de 18 ans. Trois prêtres - qui ont essayé de suivre la piste des personnes enlevées - ont également été arrêtés par la même personne et n'ont été libérés que le lendemain soir. L'incident a forcé l'institution à fermer, parallèlement au petit séminaire.
Le secteur de la santé a été grandement touché. Kumbo abrite l’hôpital général Saint Elizabeth et le centre cardiaque de Shisong (le seul centre cardiaque d’Afrique de l’Ouest et centrale), l’hôpital baptiste de Banso (BBH) et le centre dirigé par le psychiatre Eric Gohla. Plusieurs personnes seraient décédées chez elles et auraient peut-être survécu si elles avaient accès à des établissements de santé. Il est difficile d’imaginer combien de vies sont perdues pour la simple raison que les patients ne peuvent pas se déplacer. Les hôpitaux ont eu de la difficulté à obtenir des médicaments et d’autres fournitures hospitalières à Kumbo. Les patients qui sont dirigés vers ces hôpitaux, ou d’eux vers d’autres, sont souvent bloqués. Ceux des environs, qui pourraient éventuellement trouver une moto pour les transporter, paient des sommes énormes pour se rendre dans les centres de santé. Ils finissent par ne plus avoir d'argent pour payer les factures d'hôpital ou payer leurs médicaments. Les agents de santé ont été victimes de la crise. Trois infirmières ont déjà été tuées par balle et se sont rendues au travail / revêtues de leur costume de travail. Les forces de l’Etat ont pénétré dans des établissements de santé munis d’armes à feu à la recherche de personnes soupçonnées d’être un combattant indépendantiste en traitement.
Des cas de pillage et de viol ont également été rapportés. Et en plus des activités des forces de l’Etat et des combattants indépendantistes, il est possible que quelques individus utilisent la situation pour régler leurs comptes personnels avec d’autres. Pour toutes ces raisons - meurtres, pillages, incendies, viols, batailles aléatoires, pénurie de nourriture et autres provisions, enlèvements et torture, haine et suspicions croissantes, difficulté à enterrer les morts avec dignité, menaces, etc. - des milliers de personnes ont été déplacés au sein du diocèse et de nombreux autres ont fui ailleurs que dans le diocèse. Nos services ont documenté plus de 9 900 personnes déplacées dans le diocèse. Les statistiques ne sont disponibles que pour 19 de nos 34 paroisses et zones pastorales - et il s'agit d'un chiffre conservateur. Beaucoup d'entre eux vivent des jours et des semaines dans les fermes et les arbustes. Kumbo, le siège du diocèse, est en grande partie déserté et de nombreuses colonies se transforment en ruines.
La saison agricole de 2018 était irrégulière à cause de la situation; il en va de même pour celle qui ne fait que commencer: on estime que 20% seulement de la population a planté dans une région largement tributaire de l'agriculture. L'insécurité alimentaire, la malnutrition et les problèmes de santé associés sont imminents dans un proche avenir.
Les activités pastorales ralentissent et deviennent de plus en plus tortueuses. Cependant, aucune de nos paroisses n'a été fermée, même si certaines stations de la mission ont été désertes ou ont du mal à fonctionner. C’est la preuve de l’approfondissement de la foi dans nos communautés et de l’engagement du clergé et d’autres agents pastoraux ainsi que des fidèles dans les diverses paroisses et zones pastorales. L'Evêque de Kumbo, S.Exc. Mgr. George Nkuo, salue cette résilience et cet engagement. Plusieurs engagements pastoraux diocésains ont cependant été suspendus, le dernier étant le pèlerinage annuel sur la colline de Boyong, dans la paroisse de Saint-Martin-de-Porres, à Ndu, qui a lieu chaque vendredi de la troisième semaine de carême. Cela est dû au fait que les routes sont restées bloquées, et aussi parce que l'Église ne peut garantir que la poursuite de ses activités ne mettrait pas inutilement en danger la vie des fidèles. Les doyennés et les paroisses organisent des pèlerinages à différents niveaux, comme demandé précédemment par l'évêque. Certains ont déjà mené à bien les pèlerinages dans divers lieux importants.
Le diocèse de Kumbo, ainsi que certains de ses partenaires tels que MISEREOR (Organisation des évêques catholiques allemands pour la coopération au développement) et le diocèse de Limbourg en Allemagne, ont utilisé des dons de groupes et de particuliers ainsi que des collections locales. assistance à certaines personnes déplacées et touchées. Ce programme de secours d'urgence comprend des vivres, des articles matériels, des services de santé et un soutien psychosocial. Des centaines de personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDIP) ont récemment été accueillies dans certaines de nos installations diocésaines et au domicile de certaines personnes.
L'évêque de Kumbo exprime sa gratitude à tous les groupes et à tous les individus qui ont fait des dons pour soutenir cette entreprise ou qui hébergent une partie des personnes déplacées, et à tous ceux qui ne l'ont pas encore fait. Il condamne les atrocités commises au sein du diocèse et exprime ses sincères condoléances à ceux qui ont perdu des êtres chers. De même, il dénonce les fusillades dans les zones résidentielles civiles et à proximité des établissements de santé, ainsi que l'intimidation dans les hôpitaux et autres établissements de santé. L'évêque appelle tous ceux qui peuvent offrir leur assistance aux personnes déplacées à l'intérieur du territoire à travers notre département CARITAS, qui travaille en collaboration avec nos commissions diocésaines Justice et Paix, Vie familiale et Santé. Il exhorte en outre tous les fidèles à continuer à prier pour la justice et la paix, afin que toutes les parties prenantes fassent taire les armes à feu,
Elvis Nsaikila Wanyu Njong, SD,
directeur des communications diocésain
Source: cameroonnewsagency.com