Le revers de la médaille du mode de vie des femmes travaillant trop

Femme
Les femmes qui travaillent beaucoup sont plus affectées par la dépression, constatent des
scientifiques britanniques. Ils ont analysé le comportement des femmes et des hommes qui travaillent lors des jours fériés et révélé que les femmes étaient plus souvent sujettes aux symptômes de la dépression que les hommes avec un tel emploi du temps.
Les scientifiques de la Queen Mary University of London (QMUL) ont constaté que les femmes qui sont trop centrées sur le travail étaient plus facilement affectées par la dépression. Ils ont publié leurs résultats sur le site ScienceDaily.
Les résultats de l'étude ont montré que les femmes, qui travaillent plus de 55 heures par semaine, se plaignaient de symptômes de la dépression 7,3% plus souvent que celles qui ne travaillent que 35 à 40 heures par semaine.

En outre, les femmes qui sont obligées de travailler pendant des jours fériés sont 4,6% plus souvent frappées par la dépression. De plus, un tel emploi du temps affecte aussi négativement le moral des hommes. Néanmoins, en comparaison, le travail pendant des jours fériés augmente le risque du développement de la dépression chez les hommes de 3,4%.
Qui plus est, les femmes subissent souvent une double charge, puisqu'elles s'occupent en plus des tâches domestiques. Selon les statistiques, les femmes travaillant les jours fériés, en général, occupent des postes mal payés qui sont aussi liés au risque augmenté du développement de la dépression.
Source: fr.sputniknews.com