Une foule énorme manifeste à Alger pour exiger la fin du régime

Pour la sixième semaine consécutive, les Algériens mobilisés réclament le départ de l’ensemble des
dirigeants, et pas seulement celui du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.
Pour la sixième semaine consécutive, une foule énorme réclame, vendredi 29 mars à Alger, le départ du « système » au pouvoir. Difficile à évaluer précisément en l’absence de chiffres officiels, la mobilisation apparaissait très forte, peu de temps après le démarrage du cortège en début d’après-midi.
Cette mobilisation massive semble indiquer que la proposition du chef d’état-major de l’armée d’écarter le président Abdelaziz Bouteflika n’a pas calmé la contestation. Mardi, le général Ahmed Gaïd Salah, personnage-clé du pouvoir, a proposé la mise en œuvre de mécanismes constitutionnels pour écarter le chef de l’Etat du pouvoir, dernière tentative en date du régime pour apaiser la contestation qui secoue l’Algérie depuis plus d’un mois.
L’essentiel de ceux qui étaient jusqu’ici les plus zélés prosélytes de M. Bouteflika a rallié la proposition de l’armée. Mercredi, le Rassemblement national démocratique (RND) – principal allié du Front de libération nationale (FLN), le parti d’Abdelaziz Bouteflika – a demandé la démission du président algérien. Le chef de l’Etat, âgé de 82 ans et au pouvoir depuis vingt ans, apparaît vendredi très isolé, même s’il est toujours en fonctions. « Bouteflika tu partiras, emmène Gaïd Salah avec toi », scandent vendredi les manifestants, ou encore « FLN dégage ».

Vers un nouveau régime

Le cortège, où dominent comme chaque vendredi les couleurs du drapeau national – vert et blanc, frappé de l’étoile et du croissant rouges –, reprend également en chœur le refrain de la chanson La Liberté, du rappeur algérien Soolking, dédiée au mouvement populaire, ou l’hymne national. Les manifestants interrogés par l’Agence France-Presse ont rappelé qu’ils souhaitent quoi qu’il en soit le départ de l’ensemble du régime, et pas seulement celui du chef de l’Etat.
Plusieurs soutiens de la contestation, comme l’avocat Mustapha Bouchachi ou la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme, s’opposent déjà à la mise en œuvre, proposée par l’armée, de l’article 102 de la Constitution, prévoyant l’empêchement du chef de l’Etat pour incapacité à exercer ses fonctions, au profit du lancement d’un processus de transition vers un nouveau régime.