Venezuela : la Russie refuse de donner des explications à la présence de ses militaires

Une centaine de « spécialistes russes » sont sur place depuis le début de la semaine, ce qui exaspère
beaucoup les Etats-Unis.
Repérés par des journalistes vénézuéliens, deux avions militaires russes, un Antonov-124 et un Iliouchine-62, transportant 35 tonnes de matériel et 99 militaires, dont le chef adjoint des forces terrestres de Russie, le général Vassili Tonkochkourov, se sont posés, lundi 25 mars, à l’aéroport de Caracas. Dans quel but ? Ni le Kremlin ni le ministère russe de la défense n’ont fourni d’explications sur la présence de ces deux appareils – une information pourtant reprise par l’agence Sputnik sous contrôle du pouvoir.
Seule Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a fait un commentaire lapidaire : « Le séjour des spécialistes russes sur le territoire vénézuélien est régi par l’accord de coopération technique militaire entre les gouvernements de la Russie et du Venezuela, signé en mai 2001 et ratifié par les deux Etats. » Point.
L’envoi de troupes militaires, en plein jour, pouvait cependant passer difficilement inaperçu dans un pays plongé depuis deux mois dans une crise sans précédent, avec d’un côté un président contesté, Nicolas Maduro, soutenu par Moscou, et de l’autre un opposant autoproclamé président par intérim, Juan Guaido, reconnu par Washington.
S’agissait-il alors, comme le rappelle l’expert militaire russe Alexandre Goltz, de « mettre un hérisson dans le pantalon des Américains », selon la formule employée par Nikita Khrouchtchev lors de la crise des missiles de Cuba, en 1962 ? La réaction outre-Atlantique, en tout cas, ne s’est pas fait attendre. « La Russie doit partir », a exigé Donald Trump, mercredi 27 mars, depuis la Maison Blanche où il recevait Fabiana Rosales, l’épouse de Juan Guaido. Et pour cela, « toutes les options sont envisageables », a poursuivi le président américain. Les Etats-Unis ne resteront pas sans réaction, avait déjà prévenu le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo.
Par Le Monde