Algérie : ce que révèlent les archives secrètes de la France sur Bouteflika

EXCLUSIF. Bien avant d'être un président grabataire, Abdelaziz Bouteflika a été le plus jeune ministre des Affaires étrangères du monde, surveillé de près par les services français. "L'Obs" a eu accès à leurs rapports.

Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, a remis sa démission mardi 2 avril après 20 années au pouvoir. Nous republions cet article du 26 février.
Abdelaziz Bouteflika n'a pas toujours été ce vieillard grabataire manifestement incapable de diriger son pays. Dans les années 1960 et 1970, alors ministre des Affaires étrangères de la jeune Algérie révolutionnaire, il était l'un des personnages les plus en vue de la scène internationale. Les plus espionnés aussi. Surtout par les services de renseignement et les diplomates français, dont "l'Obs" a étudié les notes, certaines déclassifiées à notre demande.

Coups bas et manigances

C'est en Machiavel imbu de lui-même et corrompu que ces archives dépeignent celui qui, en 1963, prend la tête de la diplomatie algérienne, à 26 ans seulement :
"Un personnage dénué de scrupules, doté d'une intelligence aiguë et d'une très grande ambition, capable de risquer sa mise sur un seul coup."
Quel contraste avec l'homme qu'il est devenu ! Et pourtant quel écho au temps présent dans ces documents historiques : coups bas, manigances, huis clos insondable au sommet de l'Etat, soupçons d'enrichissement personnel… comme si rien ou presque n'avait changé.
L'OBS