Ce que le Brexit a déjà coûté à l’économie britannique

Manifestation contre la fermeture de l’usine Honda de Swindon (ouest de l’Angleterre), le 6 mars, à Londres.
Les incertitudes entourant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ont provoqué un
effondrement de l’investissement des entreprises, outre-Manche.
Se préparer à tous les scénarios, sans savoir lequel prévaudra. Depuis plusieurs mois, Tiger Recruitment, une agence de recrutement londonienne, vit tant bien que mal au rythme du Brexit. « Depuis deux trimestres, nous nous montrons très prudents, explique David Morel, le fondateur du cabinet. Nous avons pris des mesures afin d’atténuer les effets d’une sortie de l’Union européenne [UE] sur notre activité. » Dès l’automne 2018, il a notamment suspendu les recrutements non vitaux, coupé dans les dépenses superflues et entamé les démarches pour ouvrir de nouveaux bureaux à l’étranger. A quelques heures du sommet européen du mercredi 10 avril, où l’éventuel report du Brexit sera discuté, il ne cache pas sa lassitude :
« Les patrons britanniques sont pragmatiques. Mais, franchement, nous nous serions bien passés de ce genre de préoccupations. »
Alors que nombre d’économistes prédisaient un désastre, la victoire du oui au référendum sur le Brexit du 23 juin 2016 ne s’est pas traduite par un effondrement brutal de l’économie du Royaume-Uni. Mais plutôt par une lente dégradation, d’abord peu perceptible. « Au début, l’activité s’est montrée étonnamment résiliente », explique Raffaella Tenconi, du cabinet Ada Economics, à Londres. Certes la livre sterling a plongé de plus de 15 % dans la foulée du vote. Mais la Bourse a vite rebondi, la consommation a tenu bon et les services ont continué à croître. « Les incertitudes entourant les modalités de la sortie de l’UE ont vraiment commencé à peser plus tard sur la croissance, en 2018 », ajoute Mme Tenconi.
De fait, le produit intérieur brut (PIB) britannique a progressé de 1,4 % seulement l’an dernier, contre 1,8 % dans la zone euro. La consommation des ménages est tombée au plus bas depuis cinq ans. Surtout : l’investissement des entreprises s’est contracté de 0,4 %. Face aux doutes, les patrons ont suspendu ou reporté leurs décisions et dépenses. En outre, les défaillances de PME ont bondi de 10 %, selon Euler Hermes. « Sans la constitution des stocks de contingence, l’économie britannique aurait été en récession sur les deux derniers trimestres », estime Ana Boata, économiste chez Euler Hermes.
Par Le Monde

Le secteur automobile, un des plus pénalisés

A combien s’élèvent, au juste, les pertes engendrées par les incertitudes ? « Par définition, elles sont difficiles à mesurer : les estimations sont très variables et à considérer avec précaution », prévient Vincent Vicard, économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales. Pour évaluer, malgré tout, comment l’économie britannique se serait comportée si le référendum n’avait pas eu lieu, les experts comparent la croissance récente avec celle enregistrée en moyenne dans le pays au cours des deux décennies précédentes. Ils la comparent également avec celle d’Etats au profil relativement similaire, comme l’Allemagne ou les Etats-Unis.