Crash d'Ethiopian: Accusé d'avoir mal conçu son système anti-décrochage, Boeing joue très gros

ETATS-UNIS - Après deux crashs présentant des similitudes, et alors que ses 737 Max sont
cloués au sol, l'avionneur américain promet des changements mais aura fort à faire pour rassurer
Un capteur donnant une mesure erronée de l’inclinaison de l’avion. Un système anti-décrochage qui envoie automatiquement l’appareil en piqué pour compenser. Des pilotes mal entraînés qui se battent jusqu’à la dernière seconde avec un avion qu’ils n’arrivent plus à contrôler manuellement. Et deux terribles accidents en cinq mois qui ont fait 346 victimes.
Jeudi, le rapport préliminaire publié par les autorités éthiopiennes sur
le crash du Boeing 737 Max d'Ethiopian Airlines a révélé des similitudes troublantes avec celui de Lion Air. Les éléments en cabine semblent dédouaner les deux pilotes, qui ont suivi les procédures d’urgence recommandées par Boeing, selon les autorités. L’avionneur américain a pris acte et promis que des modifications à venir permettraient d’éviter que ce scénario se reproduise. Alors que
son avion star est cloué au sol, Boeing joue très gros : la famille du 737 Max représente 85 % de son carnet de commandes (5.012 sur 5.900 avions commerciaux commandés). Vendredi, l’avionneur a d’ailleurs annoncé une baisse de production de 20 % du 737 Max. Retour sur une affaire qui pourrait virer au fisaco industriel.
Concurrence féroce avec Airbus