Notre-Dame: Pinault renonce à la défiscalisation de son don de 100 millions

 
La législation actuelle sur le mécénat autorise les entreprises et les particuliers à décompter entre 60%
et 66% d’un don, jusqu’à un certain plafond, de leur déclaration fiscale, ce qui entraîne de fait un manque à gagner fiscal pour les comptes publics. Cette réduction fiscale peut même atteindre 90% lorsqu’elle concerne l’achat de biens culturels considérés comme des “trésors nationaux” ou présentant “un intérêt majeur pour le patrimoine national”.
La famille Pinault avait été la première grande fortune française à réagir au lendemain de l’incendie qui a ravagé la toiture de la cathédrale parisienne, joyau de l’architecture gothique.

“Course à l’échalote”

Toute la question est de savoir si toutes les grandes fortunes et entreprises, qui ont été nombreuses à annoncer leur participation à la souscription nationale en faveur de Notre-Dame, imiteront le geste de François-Henri Pinault.
Certains observateurs et responsables politiques reprochent déjà aux entreprises et à ces généreux milliardaires de s’exonérer de leurs responsabilités en bénéficiant d’un avantage fiscal. “On ne peut pas faire de la préservation de notre patrimoine une grande opération de communication comme certains sont en train de faire”, a accusé sur LCI la tête de liste France insoumise aux européennes, Manon Aubry, dénonçant “une espèce de course à l’échalote de l’entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l’exonération d’impôt”.
Geoffroy Clavel,Le HuffPost