Emmanuel Macron appelle les Européens à s'unir contre Netflix et Disney

Emmanuel Macron le 10 mai 2019 à Paris
Le président de la République annonce la création d'un fonds de 225 millions d'euros pour aider les entreprises de l'audiovisuel à s'unir face aux géants américains.
Emmanuel Macron a appelé ce lundi les acteurs du monde culturel et audiovisuel à "travailler et à s'engager collectivement" avec le soutien de l'Etat pour ne pas perdre la bataille" face aux géants américains et chinois, comme Netflix.
Au cours d'un déjeuner à l'Elysée avec 130 responsables des industries culturelles et récréatives, le chef de l'Etat a annoncé la création d'un fonds d'investissement dédié de 225 millions d'euros pour aider les entreprises du secteur à se développer, comme il s'y était engagé durant la campagne présidentielle.
    
Mais il a surtout exhorté les auteurs et patrons réunis à l'Elysée, souvent concurrents, à élaborer "un plan de bataille commun" pour s'adapter au nouveau paysage mondial, en plein bouleversement avec les offres de Netflix, Disney ou Apple, et la montée en puissance des acteurs chinois. 
"Je suis fort d'une conviction, c'est que si nous n'arrivons pas à nous organiser, nous Français, la bataille est perdue. Face aux défis du numérique (...), c'est d'un engagement collectif dont nous avons besoin", a résumé Emmanuel Macron, à la veille du festival de Cannes. Pour lui, cette bataille doit être menée au niveau européen, sur l'exemple du succès obtenu sur les droits d'auteur et les "droits voisins" pour la presse en 2018.

Un fonds de 225 millions d'euros

Pour établir cette stratégie, un plan d'action pour l'industrie culturelle sera établi, en concertation avec les acteurs du secteur, d'ici la fin de l'année par le ministre de la Culture, Franck Riester.
Les entreprises françaises sont "prises en étau" entre "Américains et Chinois, qui sont à la fois ultraprotectionnistes et ultra-expansionnistes à l'extérieur. Il est temps que l'UE se réveille", a affirmé Jean-Noël Tronc, le directeur-général de la Sacem.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, précise lui qu'il n'est pas question de toucher "aux niches fiscales sur la création", notamment la TVA à taux réduit dont bénéficie le secteur de l'animation.
Le fonds d'investissement de 225 millions, qui sera géré par BPIFrance, est l'une des propositions faites par le rapport commandé il y a un an au producteur Dominique Boutonnat par le ministère de la Culture. "Nous vivons une crise de financement du cinéma et de l'audiovisuel majeure, qui s'accélère et qui est une crise du système", a-t-il expliqué.
F.B. avec AFP