L'Italie explique pourquoi elle refuse de reconnaître Juan Guaido comme Président

Juan Guaido
Il n'y a toujours pas d'unité au sein du gouvernement italien sur le Venezuela. Néanmoins, dans sa
lettre publiée samedi par le quotidien La Stampa, Giuseppe Conte, président du Conseil des ministres, a déclaré que l’Italie ne reconnaîtrait pas le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido comme Président par intérim du pays.
On sait qu’en refusant de reconnaître Juan Guaido comme Président par intérim du Venezuela, l'Italie bloque une position commune de l’Union européenne. Quoi qu’il en soit, le gouvernement italien manque lui aussi d’unité sur cette question, le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue étant tout à fait en désaccord comme s'ils n'étaient pas alliés au gouvernement.

Dans une lettre publiée samedi par le quotidien La Stampa, Giuseppe Conte, président du gouvernement italien, a expliqué le refus catégorique de son pays de reconnaître le chef de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido, à titre de Président par intérim du Venezuela. Il a notamment déclaré que l’Italie considérait Juan Guaido comme le président démocratiquement élu de l'Assemblée nationale.
M.Conte a indiqué que son gouvernement ne reconnaîtrait pas M.Guaido pour des raisons «juridico-formelles» et parce qu'il ne voulait pas contribuer à une «radicalisation» des parties de la crise politique au Venezuela.
Un peu plus tôt, le Président par intérim autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, avait accordé un entretien au même journal italien La Stampa, déclarant qu’une intervention militaire américaine était «l’une des possibilités» de résoudre la crise politique dans son pays.

Alessandro Di Battista, ancien député qui se prépare à diriger les efforts du M5S contre la Ligue lors des prochaines élections européennes, a écrit sur sa page Facebook:
«Le Mouvement 5 étoiles et ce gouvernement ne reconnaîtront jamais les personnes qui se désignent Président».
Et d’ajouter que des ultimatums, des sanctions et le gel des marchandises vénézuéliennes signifierait ouvrir la voie à une intervention militaire, rappelant ce qui était arrivé il y a des années à la Libye.

En même temps, l’autre membre de la coalition, le parti Ligue, dirigé par Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur et vice-président du Conseil italien, s’est prononcé fermement en faveur de Juan Guaido, soutenant ainsi l’approche proposée par Paris, Berlin, Madrid et Londres.
«J'espère que le gouvernement italien abandonnera finalement cette approche prudente et soutiendra le peuple vénézuélien et son droit à de nouvelles élections et à la démocratie», a notamment déclaré en février un porte-parole de ce parti, cité par Politico.
Samedi, le Président par intérim autoproclamé, Juan Guaido, a annoncé qu'il avait demandé à son envoyé aux États-Unis de rencontrer des responsables du Pentagone en vue d’une «coopération» afin de trouver une résolution de la crise politique au Venezuela.
Les États-Unis, le Canada, de nombreux pays d'Amérique latine et certains pays européens ont reconnu Juan Guaido comme Président par intérim du Venezuela. La Russie, la Bolivie, la Chine, Cuba, la Turquie et un certain nombre d'autres pays ont exprimé leur soutien à Nicolas Maduro, élu constitutionnellement, en tant que seul Président légitime du Venezuela.
Par sputnik