Un monde meilleur nous attend-il? Le Dalaï-Lama explique comment y accéder

Le Dalaï-Lama (archives)
Selon les dires du chef spirituel des bouddhistes tibétains, le 14e dalaï-lama Tenzin Gyatso, seuls
l’amour et la compassion sont capables d’améliorer le monde de nos jours, réduire le nombre de conflits et diminuer l’écart entre les riches et les pauvres.
Le Dalaï-Lama a expliqué aux bouddhistes russes comment améliorer notre monde, régler les conflits, réduire l'écart entre les riches et les pauvres.

«Aujourd'hui dans le monde il y a beaucoup de meurtres, de grands conflits emportant les vies. L'écart entre les riches et les pauvres s'élargit. Et tout cela à cause du manque d'amour et de compassion… Ahimsa, la non-violence, c'est le plus important pour le monde moderne. Seuls l'amour, la compassion et la non-violence rendront ce monde meilleur», a prôné le Dalaï-Lama lors d'une intervention devant les bouddhistes russes dans sa résidence de la ville de Dharamsala dans le nord de l'Inde.
Selon le chef spirituel des bouddhistes tibétains, les voies du développement de l'amour et de la compassion sont présentées en détail et longuement dans les doctrines des anciens philosophes bouddhistes, tels qu'Asanga qui a vécu au IVème siècle. Ce n'est pas par hasard que le sujet principal des doctrines du Dalaï-Lama en 2019 soit le traité fondamental bouddhiste «Uttaratantra» par Asanga sur la nature de Bouddha existant dans chaque créature vivante.

En outre, le Dalaï-Lama conseille d'étudier les œuvres de tous les scientifiques de l'ancienne université indienne Nalanda.
«Les professeurs de Nalanda étudiaient et décrivaient comment nous pouvons brider notre esprit qui s'accroche à notre égo et aux fortes émotions négatives. Il est nécessaire d'utiliser pour cela les méthodes spécifiques. Dans ce cas, nous parlons de l'aspect psychologique de la doctrine de Bouddha, et de la manière de voir philosophique. Il y a une doctrine sur les particules dans le bouddhisme qui se croise avec la physique quantique… Il serait bien, il serait utile pour le monde, si ce qui est inscrit dans les traités des professeurs de Nalanda, devenait l'objet d'études académiques», a-t-il conclu.
Parmi les croyants se trouvaient principalement des pèlerins des Républiques russes de Bouriatie, de Kalmoukie, de Touva. Mais également des croyants et des personnes intéressées par le bouddhisme, venus d'autres régions de Russie et du monde, y compris des pays d'Asie, d'Europe occidentale et des États-Unis.
Le 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso, considéré comme le chef spirituel des bouddhistes tibétains, s'est enfui du Tibet après l'échec d'un soulèvement contre les autorités chinoises en 1959. Il vit dans la ville indienne de Dharamsala, où le «gouvernement tibétain en exil» s'est installé.
Par sputnik