La crise économique rattrapera-t-elle la révolution populaire en Algérie?

Situation en Algérie
À ce vendredi qui clôt le quatrième mois du début du mouvement populaire en Algérie, la situation
de blocage politique demeure intacte. Cependant, l’économie du pays rentre de plus en plus dans un état de fragilité aggravée. La loi de finances 2020 s’avère cruciale pour l’avenir du pays. Que décideront les Algériens?
Alors que le mouvement populaire du 22 février, en Algérie, tarde à trouver un terrain d’entente avec le pouvoir pour enclencher une sortie de la crise politique, la situation économique, quant à elle, continue de se dégrader inexorablement. Depuis la chute des prix du pétrole en 2014, les réserves de change du pays, à titre d’exemples, sont passées d’environ 179 milliards de dollars à la fin de la même année, à environ 80 milliards en décembre 2018, selon les notes de conjoncture de la Banque d’Algérie correspondant aux mêmes périodes. Acculé par les difficultés financières, le gouvernent d’Ahmed Ouyahia avait lancé une opération d’assouplissement monétaire en novembre 2017, pour palier à la situation de déficit budgétaire. Compte tenu de la baisse des volumes d’exportation d’hydrocarbures conjuguée à la non amélioration des prix, cette situation serait appelée à s’aggraver à brève échéance. Pour la plupart des experts économiques algériens, l’année 2021 serait une échéance charnière pour le pays.

Dans cette optique, la loi de finances de 2020 sera décisive pour l’économie algérienne, car elle constitue la dernière fenêtre de tir dont dispose le gouvernement, avant l’année fatidique, pour enclencher les réformes structurelles et les mesures d’urgence à même de redresser la situation. Or, ce débat est totalement absent de la scène politique algérienne, alors qu’il ne reste que six mois avant la fin de l’année. Plus grave encore, si un projet de loi de finances inadapté à la situation actuelle venait à être adopté par le parlement, il mettra le prochain Président de la République et son gouvernement dans une situation où la marge de manœuvre dont ils disposeront sera réduite.

Les exemples tunisien et égyptien, où comment l’économie a ruiné la révolution

Dans un entretien à la chaîne qatarie Al Jazeera, l’ex-Président tunisien Moncef Marzouki a affirmé que «ce qui a tué la révolution en Tunisie c’est la durée de trois ans qu’a pris la transition politique». «Nous avions perdu beaucoup de temps dans les questions politiques en négligeant les questions économiques et sociales».
Dans le même sens, tout en affirmant que «c’est ça qui a facilité la tâche à la contre-révolution pour reprendre le pouvoir en Tunisie», M.Marzouki a conseillé aux Algériens de ne pas refaire la même erreur «et à faire en sorte que la transition soit la plus courte possible».
Le même cas a été observé en Égypte. Les Égyptiens sont sortis par millions dans les rues pour demander le départ du défunt ex-Président Mohamed Morsi, pas pour des raisons politiques ou idéologiques, mais pour des raisons économiques et sociales.

Que veulent les partis et les personnalités politiques algériens

La quasi-totalité des débats se concentrent sur la transition politique et la préparation des élections. De droite comme de gauche, en plus des islamistes, les partis politiques n’abordent pratiquement pas la question économique. Certains parmi eux, à l’exemple du FFS, du RCD, du PT, du PST, de l’UCP, du MDS, du PLD ainsi que des responsables de Ligue algérienne des droits de l'Homme (LADDH), ont signé une déclaration commune appelant à une transition politique et rejetant catégoriquement de participer à un quelconque processus électoral. L’idée de l’élection d’une assemblée constituante a également été avancée comme passage obligé pour la refondation du système politique du pays, avant toute échéance élective. Cependant, aucune durée n’a été fixée pour cette transition.

Néanmoins, deux personnalités politiques, de par leur formation économique, attirent l’attention des Algériens sur les dangers qui guettent le pays si des mesures d’urgences n’étaient pas prises rapidement.
Selon l’ex-ministre du Trésor et président du parti Nida El Watan Ali Benouari, dans une déclaration à Sputnik, «si des réformes structurelles ne sont pas engagées immédiatement, le prochain Président algérien quittera le pouvoir au bout d’une année, sous le poids de la crise économique».
Selon lui, «il est impératif d’introduire des mesures pour réduire le budget de fonctionnement de l’État et des subventions, en plus d’une dévaluation mesurée de la monnaie nationale». À ceci, selon lui, devrait s’ajouter «la privatisation de certaines entreprises publiques, l’augmentation des droits de douane, de la TVA et des impôts, notamment pour une certaine frange de la société, et la réévaluation des accords d’association avec l’Union européenne et de libre-échange avec les pays arabes».

Pour Ahmed Benbitour, ex-Premier ministre, il est nécessaire d’introduire une nouvelle vision de la gouvernance et d’accélérer le rythme des réformes, dans le but de diversifier l’économie et de créer des emplois. Selon lui, 15 pôles régionaux d’investissement et de développement seront nécessaires pour propulser l’économie du pays, en misant sur des secteurs clés comme l’énergie et les nouvelles technologies de l’information. Si les deux hommes sont d’accord que ce sont ces questions qui devraient structurer le débat public en Algérie, invitant tous les responsables politiques à s’exprimer d’une manière claire. Reste cependant la question de la loi de finances 2020, dont les moyens d’équilibrer le budget ne sont pas encore débattus. À ceci s’ajoute la question de la récupération de l’argent volé qui est une priorité absolue pour M.Benouari. Alors que M.Benbitour avait déclaré récemment qu’elle ne l’était pas, et que c’est plutôt la réforme de la gouvernance qui constituait pour lui la priorité.
Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.
Par sputnik