Le Mexique signe un accord avec le Salvador pour freiner l'afflux migratoire

media
Alors que le Sénat mexicain a validé ce 19 juin après de longs débats l’accord scellé entre le Mexique
et les États-Unis, le président mexicain Andrés Manuel Lopez a signé un autre accord, 24 heures plus tard, cette fois avec le président du Salvador, pour lancer des projets afin de freiner la vague migratoire issue d’Amérique centrale.
Les présidents du Mexique et du Salvador se sont retrouvés à Tapachula, ville frontalière du Guatemala et lieu symbolique de la crise migratoire. Depuis quelques jours déjà, il était question d’un déplacement d’Andrés Manuel Lopez Obrador dans l'État du Chiapas, afin que le président mexicain voie de ses propres yeux la mise en place des nouvelles mesures pour endiguer la vague migratoire.
Andres Manuel Lopez Obrador et Nayib Bukele, le jeune président salvadorien, ont donc signé ce 20 juin un accord qui permet de lancer « Semer des vies ». Ce programme vise à planter des arbres dont le bois peut être revendu ou exploité, mais aussi à planter des arbres fruitiers. Un budget de 30 millions de dollars dans le cadre de cet accord va être immédiatement débloqué par le Mexique, ce qui devrait permettre de créer 20 000 emplois selon les autorités mexicaines.
Ce programme de développement va également être proposé au Guatemala et au Honduras. Le Mexique annonce un budget total de 100 millions de dollars pour la mise en œuvre de ce plan qui devrait permettre de reboiser 200 000 hectares en Amérique centrale et de créer un total de 40 000 emplois. Selon le président mexicain, ce plan doit servir d’exemple dans d’autres régions du monde également sujettes à des problèmes migratoires.
Par