Cameroun: Patrice Nganang Adulé et défendu par les Camerounais dans les réseaux sociaux depuis 24h. La stratégie de la triangulation lancée contre lui n'a pas marche

L’image contient peut-être : 2 personnes 
La stratégie de la triangulation.
1) Nganang annonce une grande marche à Yaoundé le 08 juillet avec pour mot d'ordre opération 10.000 prisonniers, avec une prise en charge alléchante, ce qui réduit considérablement la peur chez les potentiels marcheurs et en l'absence du roi tout peut basculer.

2) Le clan en a conscience, dans la foulée les comptes de Nganang sont signalés en masse, et Facebook le suspend.

3) Eboutou surfant sur sa nouvelle virginité sociopolitique attaque un poids plume pour éloigner les soupçons de complicité avec le clan, en mettant en avant son objectivité dans la dénonciation.

4) Toutes les vidéos de Nganang sont donc recyclées dans l'optique de faire de lui l'homme qui concentre tout le tribalisme camerounais en particulier contre l'ethnie institutionnelle.

5) Eboutou désormais populaire sur la toile grâce à ses dénonciations porteuses au-delà des clivages ethniques , revient à la charge cette fois en nommant la véritable cible, Nganang, le démon à faire disparaitre.

6) La toile s'emballe avec d'un côté les bamis qui n'ont rien oublié des autres acteurs plus dangereux, membres du clan, et à contre cœur, défendent le bouc émissaire et de l'autre côté l'ethnie institutionnelle qui joue l'effet miroir, résultats des courses la distraction s'installe, et la marche du 08 Juillet se trouve absorbée par la polémique.

7) Le ministre, l'exécutant du clan, l'homme du sale boulot, comme pour conclure la manipulation, nomme enfin l'ennemi, la tribu qui en veut à leur pouvoir, les bamiléké en les faisant passer pour les victimes du discours haineux de Nganang en vue d'attaquer l'ethnie institutionnelle.

8) La marche du 08 juillet est de ce fait, réduite à une communauté, celle des bamis à l'initiative du génocidaire qui en veut à l'ethnie institutionnelle, par conséquent il faut l'isoler, donc impossible de mobiliser à Yaoundé.

Ainsi, la menace est éloignée, le clan peut dormir tranquille, en préparant l'assaut contre la prochaine cible.