Le Cameroun en a soupé de Paul Biya (et de ses sbires)

Les gardes du corps et une attachée à la sécurité du despote de Yaoundé viennent d’être condamnés à
Genève. Pendant ce temps, la diaspora camerounaise lutte intensément pour son retour au pays et sa destitution
Décidément, le Cameroun fait parler de lui loin à la ronde après l’arrestation et la condamnation avec sursis à Genève de cinq gardes du corps et d’une femme attachée à la sécurité du président Paul Biya – actuellement présent en Suisse – pour contrainte, dommages à la propriété et appropriation illégitime sur un journaliste de la RTS:
Dans ce contexte, Berne propose ses bons offices pour tenter de trouver une solution face à la crise actuelle qui règne entre anglophones et francophones dans plusieurs régions de ce pays où l’opposition cherche à déloger ce dictateur au pouvoir depuis près de quarante ans, perçu comme sénile – il a 86 ans – et accusé de corruption active. Il se trouve actuellement sur les bords du Léman, officieusement «pour raisons de santé». Mais peut-être plus pour très longtemps:
Cliquez sur le lien pour lire la suite  https://www.letemps.ch/opinions/cameroun-soupe-paul-biya-sbires