Mediapart est «à la limite du KGB et de la Stasi», lance une sénatrice LR

Des journaux
Les journaux d’investigation comme Mediapart sont «à la limite du KGB et de la Stasi», a estimé la
sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio en commentant l'affaire de Rugy. D'après elle, tous les politiques sont concernés car à l'Élysée «on ne mange pas chez MacDo».
Réagissant à la démission de François de Rugy, lequel se trouve au cœur d’un scandale déclenché par Mediapart concernant l’organisation de dîners coûteux «aux frais de la République», la sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio a comparé ce média au KGB et à la Stasi.
«Ça peut nous arriver à tous ce genre d’histoire. Nous sommes à la merci d'une photo, d'une vengeance, relayée par des journaux qui sont pour moi à la limite du KGB et de la Stasi. Quand on fait des repas à l’Élysée, on ne mange pas chez McDo et on ne mange pas à un fish and chips», a-t-elle déclaré au micro de la chaîne Public Sénat.

Les révélations de Mediapart

Les dîners fastueux donnés par François de Rugy entre 2017 et 2018 lui ont finalement coûté son poste de ministre de la Transition écologique. Il a présenté, mardi 16 juillet, sa démission du gouvernement alors qu’il venait d’être, à nouveau, mis en cause par Mediapart pour ses dépenses quand il était président de l’Assemblée nationale.
En outre, l’ex-ministre «a utilisé son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour payer une partie de ses cotisations à EELV en 2013 et 2014», selon une nouvelle enquête de Mediapart.
Par sputnik