Au Cachemire, Narendra Modi réalise un vieux rêve du nationalisme indien

Le 6 août, au lendemain de la décision de Narendra Modi de révoquer l'autonomie du Cachemire, l'ensemble des journaux indiens titrent sur cette décision "historique".
La décision du Premier ministre Modi de révoquer l'autonomie du Cachemire indien concrétise une
promesse électorale. Au risque de détériorer davantage ses relations avec le Pakistan, voire de perturber l'équilibre diplomatique de la région.

Deux jours après la décision du Premier ministre Narendra Modi de révoquer l'autonomie constitutionnelle du Cachemire indien, l'onde de choc reste intacte. Mercredi 7 août, le Pakistan, qui revendique le territoire, a annoncé l'expulsion de l'ambassadeur indien et la suspension du commerce bilatéral. Une nouvelle preuve que le passage en force de New Delhi sur le sujet est un pari risqué, pouvant à terme perturber l'équilibre diplomatique de la région.
"C'est une décision explosive qui s'est faite dans la plus grande cacophonie au Parlement", relate Philomène Remy, correspondante pour France 24 en Inde. La région disposait jusqu'ici de sa propre constitution, de son drapeau et gérait de nombreux domaines, à l'exception de la diplomatie, de la défense et de la communication."
Le Cachemire, territoire que se dispute l'Inde et le Pakistan, est une vaste région montagneuse située au cœur de l'Himalaya. La partie indienne du Cachemire, le Jammu-et-Cachemire, s'étend sur une superficie de 222 200 km², soit un peu plus que la Grande-Bretagne, et compte près de 12,5 millions d'habitants.  La partie pakistanaise s'étend, quant à elle, sur plus de 86 000 km² avec près de 6,4 millions d'habitants.
Quel intérêt pour Narendra Modi ?
"Tout ce qui touche au Cachemire en matière de politique intérieure ou régional est extrêmement sensible. On n'y touche pas sans une bonne raison", explique Olivier Guillard, directeur de recherche Asie à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), au micro de France 24.
Conscient de l'explosivité du sujet, l'Inde a minutieusement élaboré son coup pour révoquer l'autonomie de la région. Cet acte, préparé dans le plus grand secret, s'est matérialisé sous la forme d'un décret présidentiel. Le débat parlementaire à New Delhi a été expédié en quelques heures le 5 août. Dans le même temps, le gouvernement a placé la région himalayenne sous une chape de plomb en l'isolant : coupure des moyens de communication, déploiement sécuritaire conséquent et interdiction de se déplacer pour les habitants.
L'éclairage d'Olivier Guillard, directeur de recherches Asie à l'IRIS
"La méthode d'exécution - bien qu'incroyablement efficace - a ramené une fois de plus la tromperie, la désinformation et la politique communautariste au centre du jeu", déclare Ajai Sahni, expert de contre-terrorisme en Asie du Sud, à l'AFP.
Les nationalistes indiens sont intransigeants sur la question du Cachemire, surtout depuis que les élections de mai ont conforté leur majorité. À l'image de la déclaration du ministre de l’Intérieur, Amit Shah, devant la Chambre basse pour annoncer la révocation : "Je veux bien que vous compreniez que, quand je parle du Jammu-et-Cachemire, j’y inclus le Cachemire occupé par le Pakistan, et l’Aksai Chin occupé par la Chine. Ces deux zones font partie de l’Inde. Et je peux vous dire que nous donnerons notre vie pour les récupérer."
"C'était une promesse électorale d'un Premier ministre qui vient d'être réélu. Pour se donner un peu d'air en matière de politique intérieure, il va dans le sens de son électorat et cet électorat, ce sont les nationalistes hindous", explique Olivier Guillard. "Narendra Modi a annoncé cela à seulement 10 jours de la fête nationale [le 15 août, NDLR]. Il est suffisamment confiant de sa logique et son quorum politiques. Tant pis s'il y a des remous politiques et communautaires." D'autant que le symbole est fort : Narendra Modi a annoncé la révocation au centième jour de son second mandat.
Selon Gauthier Rybinski, chroniqueur international de France 24, Narendra Modi se sert également du Cachemire pour faire oublier des résultats économiques peu probants.
"Narendra Modi ne retire pas grand-chose dans l'immédiat de la révocation du statut d'autonomie du Cachemire. C'est une source de tensions et de discrédit à l'international", estime l'éditorialiste de la chaîne.  Il obéit à un agenda idéologique de la prétendue suprématie hindoue. Le BJP [parti au pouvoir, NDLR] n'a jamais supporté qu'il y ait une certaine autonomie pour les musulmans du Cachemire. Pour eux, la nation hindoue doit dominer les musulmans."

New Delhi assure que la mesure apportera paix et prospérité à cette région troublée et mettra un terme à ses velléités sécessionnistes. Au risque de diviser le sous-continent.
"L'Inde est aujourd'hui divisée en deux sur le sujet : il y a ceux qui estiment que Narendra Modi prend une décision courageuse, annoncée de longue date et ceux qui ne sont pas du tout d'accord.  Localement, une grande partie de la population cachemiri voit cela comme une ingérence de l'Inde nationaliste", explique Olivier Guillard. "C'est une décision attendue mais mal présentée et il est possible que Modi ait mal évalué les remous intérieurs que cela pourrait causer."
Certains médias indiens se font l'écho de cette inquiétude à l'image du Deccan Chronicle, un grand quotidien local, qui dénonce "une stratégie à courte vue dont les conséquences pourraient être dangereuses".
Ancien chef des services de renseignement indiens et conseiller du gouvernement sur le Cachemire, A.S. Dulat estime qu'arriver à contenir la violence sera essentiel pour que le Premier ministre puisse crier victoire. "Mais ma crainte est qu'il y ait des répercussions et une escalade de la violence", confie-t-il à l'AFP.
Une poudrière historique
Une peur loin d'être infondée au vu de l'histoire tourmentée de la région. Le conflit dans le Cachemire trouve son origine dans la partition de l'Empire britannique des Indes qui donna naissance le 15 août 1947 à deux États : l'Inde majoritairement hindoue et le Pakistan musulman. Le Cachemire opte alors pour l'indépendance, mais un conflit éclate après l'incursion de tribus venues du Pakistan. La paix est réinstaurée sous l'égide de l'ONU  le 1er janvier 1949 avec la division du territoire en deux parties : 37 % pour le Pakistan, 63 % pour l'Inde et une ligne de contrôle  de 770 kilomètres entre les deux parties.
Mais l'animosité reste vivace. En 1965, une nouvelle guerre éclate entre l'Inde et le Pakistan sur la question du Cachemire. La région est depuis les années 1990 au bord de la rebellion armée contre New Delhi. Au total, le conflit régional a déjà fait des dizaines de milliers de morts, dans leur majorité des civils.
L'interrogation principale est donc la conduite qu'adoptera le Pakistan face à la décision de Modi. Après avoir qualifié cette révocation d'"illégale" et promis de porter l'affaire devant les instances internationales, le Pakistan a successivement annoncé son soutien militaire aux Cachemiris, expulsé l'ambassadeur indien et suspendu le commerce.
Pour Ankit Panda, un analyste géopolitique installé à New York, le Cachemire est au "cœur" des intérêts de l'armée pakistanaise, qui domine la politique étrangère et sécuritaire du pays. New Delhi accuse de longue date son voisin de soutenir en sous-main les groupes armés au Cachemire, ce qu'Islamabad dément.
"Nous pourrions voir le Pakistan accentuer ses tentatives d'aggraver les tensions (...) ou le Pakistan augmenter son recours aux groupes non-étatiques pour attaquer les troupes paramilitaires indiennes au Cachemire", selon Ankit Panda.  "Si l'armée pakistanaise décide de réagir de cette façon, la situation va commencer à devenir très dangereuse".
D'après Sadanand Dhume, analyste au American Enterprise Institute de Washington, il est trop tôt pour savoir si la manœuvre de Narendra Modi sera vue comme "une décision sage ou une faute historique".
"Mais deux choses sont claires : l'Inde a ignoré le sentiment des Cachemiris, et a pris une décision risquée aux conséquences presque inimaginables."
Par France 24