Malte et l’Italie interdisent l’entrée dans leurs eaux au navire humanitaire Éléonore

L'Éléonore a secouru lundi 26 août une centaine de migrants au large de la Libye. Crédit : capture d'écran Twitter (@Seegezwitscher)
Une nouvelle fois, Rome et La Valette refusent d'ouvrir leurs ports à un navire humanitaire pour y
débarquer les personnes secourues au large de la Libye. L'Éléonore, de l'ONG allemande Lifeline, erre ainsi au large des côtes italiennes et maltaises depuis lundi avec 100 naufragés à bord. L'équipage réclame "une solution rapide (...) basée sur la solidarité européenne".
Un nouveau bras de fer s’engage en mer Méditerranée. Le navire humanitaire Éléonore, qui a secouru lundi 26 août une centaine de migrants au large de la Libye, erre depuis au large des côtes italiennes et maltaises à la recherche d’un port sûr où pouvoir débarquer les naufragés.   
Rome et La Valette refusent catégoriquement l’entrée dans leurs eaux territoriales au bateau de l’ONG allemande Lifeline. Les deux pays n’autorisent le débarquement d’un navire humanitaire sur leur sol que si un accord de répartition est trouvé au préalable avec d’autres États européens.
Le navire, qui bat pavillon allemand, "demande une intervention diplomatique urgente" sur son compte Twitter, assurant "ne pas être en mesure de gérer une impasse prolongée".
À bord, les vivres commencent à manquer. L’équipage a affirmé mardi 27 août que Malte avait refusé l’entrée dans ses eaux à un navire qui devait permettre à l’Eléonore de se ravitailler, notamment en eau potable.
L’ONG allemande souhaite ainsi "une solution rapide (…) basée sur la solidarité de l’UE" et déplore qu’en "l’absence de soutien de la part des gouvernements" européens, elle se retrouve "une fois de plus seul avec [ses] invités confus et épuisés".
Le Mare Jonio devrait également connaitre la même situation d’ici peu. Le navire humanitaire italien, qui a repris la mer le week-end dernier, a en effet secouru mercredi matin une centaine de personnes, dont 26 femmes et 22 enfants de moins de 10 ans, qui se trouvaient en détresse dans un canot au large des côtes libyennes. "Nous attendons désormais les instructions du centre de coordination maritime italien", déclare l’ONG qui affrète le bateau sur son compte Twitter.
Par infomigrants.net