Attaqué par Mélenchon, Dupond-Moretti lui recommande « une bonne petite camomille »

Près d’un an après la perquisition du siège de La France insoumise par la police, Jean-Luc Mélenchon
et cinq de ses proches comparaîtront le 19 septembre prochain pour « rébellion, provocation et actes d’intimidation envers l’autorité judiciaire ». Lors d’une conférence de presse ce jeudi 12 septembre, il a à nouveau dénoncé un « procès politique ». Et s’en est pris à l’avocat Eric Dupont-Moretti, conseil des trois policiers accusant Mélenchon et ses proches de les avoir bousculés, qui n’a pas manqué de lui répondre.
« Me Dupont-Moretti, une star du barreau, sera payé par l’État pour défendre [les policiers] », s’est indigné Jean-Luc Mélenchon. « Je vais poser la question, combien coûte Me Dupont-Moretti ? N’y a-t-il aucun autre avocat connaisseur de ces procédures […] ? », ajoute-t-il dénonçant une volonté d’organiser un « spectacle ». 
Si le chef des Insoumis souligne qu’il n’a « absolument rien » contre Eric Dupont-Moretti, il prend soin de faire (innocemment) référence à une photographie de l’avocat au côté de Brigitte Macron : « Apparement ils sont copains, ils ont bien le droit après tout, c’est la vie », déclare-t-il nonchalamment.
 
L’intéressé n’a pas perdu de temps pour répondre, par l’intermédiaire de RTL. A la question du coût de ses procès, il affirme « Je n’en sais strictement rien », avant d’ajouter : « Vous savez, ces trois policiers ce sont trois travailleurs qui travaillent à la police nationale et ils ont le droit à la protection des policiers lorsqu’ils sont outragés, insultés, frappés. Ça existe depuis toujours. Je communiquerai à M. Mélenchon ma note d’honoraires si ça l’intéresse. »« Il perd la mémoire M. Mélenchon »

Accusé d’être un pion du pouvoir, il rétorque : « Il perd la mémoire M. Mélenchon, parce que nous nous sommes rencontrés à Marseille au salon du livre. Il est même venu me serrer la main et me dire des choses très aimables. Je pense franchement qu’il faut qu’il aille dormir tôt, se prendre une bonne petite camomille et qu’il se calme ».
Moins léger, l’avocat a menacé de porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon s’ils formulaient d’autres accusations à son encontre : « […] La plaisanterie a des limites. J’ai rencontré Mme Macron, oui. J’ai rencontré le garde des Sceaux aussi, c’est le signe d’un complot ? »
Par L'OBS