CAMEROUN: LE DISCOURS DE PAUL BIYA COMME LA FRANCE LE SOUHAITE

L’image contient peut-être : 1 personne, texte
Après un séjour d'un mois sur la terre de ses ancêtres adoptifs à Mvogmeka, Paul Biya est retourné la
semaine dernière à Yaoundé. Ce qu'ont dit les journaux est que les semaines passées dans son village étaient riches en concertations et en séances de travail. Ce n'est pas du tout faux surtout parce que l'on sait qu'il y a reçu quelques jours avant son retour un émissaire du Qué d'Orsay avec qui il a échangé sur la situation sociopolitique du Cameroun et les possibles résolutions de l'ONU qui tiendra sa traditionnelle assemblée générale à partir du 17 septembre prochain. Le Cameroun sera inéluctable à l'ordre jour.
C'est à la suite de l'échange avec l'émissaire français que Paul Biya a décidé de son retour à Yaoundé qui sera couronné ce soir par un discours politique, un de ces nombreux discours qui à force de routine sont devenus somnifériques pour le peuple camerounais.
Ce qu'il faut donc savoir est que Paul Biya n'entend aucunement arrêter le génocide anglophone qu'il déclencha officiellement en novembre 2017 après un discours de mendicité de la paix devant les nations unies en septembre de cette année là. Paul Biya ne s'en va pas ordonner la libération des prisonniers politiques ni de la crise anglophone ni de la crise postelectorale enracinée dans son ultime hold-up électoral. Son discours ne sera ni plus ni moins qu'un discours d'auto-protection, avec des annonces flagorneuses.
Pour cela, il parlera sûrement de dialogue et de la décentralisation. Il est fort probable qu'il annonce qu'il se prépare à ouvrir un dialogue sur la crise sociopolitique juste pour tenter d'influencer une décision des Nations-Unies sur le Cameroun les semaines à venir. Les grandes lignes du discours de ce soir seront aussi celles du discours de la France devant l'Assemblée générale, de la chine peut-être et surtout du représentant de Biya à ladite assemblée qui sera peut-être le même qui annonçait déjà qu'un dîner copieux entre le 1er ministre Ngute et Fru Ndi témoignait bien de ce que le dialogue était en cours.
La vérité est que Biya se fiche pas mal du peuple camerounais et si le Cameroun évoluait en vase clos du monde je suis certain qu'il aurait déjà assassiné toutes les populations du NoSo, qu'il aurait écrasé Maurice Kamto et ses alliés sans scrupules. Mais comme ça n'a jamais pu être le cas, il s'est arrangé pour être soutenu par des puissances extérieures, principalement la France qui serait désormais incapable de le défendre si Biya ne l'aidait pas ce soir à trouver des arguments à travers son discours, et d'ailleurs il s'agit d'un discours préparé et amendé par l'émissaire du Que d'Orsay. Souffrez de l'écouter ce soir, puis ne manquez pas d'écouter Macron à l'ONU la semaine prochaine... vous y verrez le lien inextricable. Voilà tout...pour que la résistance ne baisse pas la garde mais continue de mettre la pression.
Kand Owalski