Cameroun- Revenir au fédéralisme ou affronter la sécession : L'ultimatum dont avait lancé Herman Cohen à Paul Biya

https://pbs.twimg.com/profile_images/612007244050202625/YHFdvLA3_400x400.png
Avant le discours de Biya ce soir à la nation, il devrait se rappeler des paroles du diplomate
américain, Herman Cohen, ancien responsable à un très haut niveau de l'administration américaine, qui avait prédit rien moins que la partition du pays si le gouvernement camerounais ne se résout pas à concéder aux anglophones, ce qui peut être considérer comme une revendication médiane, voire minimale : le retour au fédéralisme qui a prévalu de 1961 au hold-up constitutionnel de 1972.
«Le temps est compté pour le gouvernement du Cameroun dans les régions anglophones. Retournez à la fédération d'avant 1972 dans un délai d'un an ou faites face à une sécession totale en Ambazonie», avait écrit dans un tweet l'ancien Secrétaire d'Etat Adjoint chargé des affaires africaines Herman Jay Cohen, le 19 septembre 2018.
Déjà en février 2018, un autre tweet du même Herman Cohen tirait la sonette d'alarme :
"Le gouvernement camerounais devrait comprendre la leçon de l'histoire selon laquelle la répression violente sur les séparatistes anglophones dans la région de l'Ouest peut finalement menacer la stabilité et le pouvoir du parti au pouvoir à Yaoundé"
Il avait remis ça un mois plus tard, en écrivant sur son fil tweeter, le 8 mars 2018, que "Le gouvernement du Cameroun doit comprendre que la seule solution à la crise au Cameroun occidental est un retour au système fédéral original qui a été aboli illégalement pendant l'administration Ahidjo".
https://twitter.com/CohenOnAfrica/status/961239404282073088…
https://twitter.com/CohenOnAfri…/status/1042173264829792257…