Coup d'envoi de la grève mondiale pour le climat : 5 000 événements sur une semaine

 
Des écoliers du Pacifique et d'Australie ont lancé une semaine de manifestations mondiales pour
appeler à l'action climatique...
De Sydney à Séoul jusque Sao Paulo, des élèves vont boycotter les salles de classe pour participer à cette très symbolique "grève de l'école pour le climat". Ce devrait être l'un des appels à la mobilisation les plus massifs jamais organisés.
Jusqu'au 27 septembre, sur toute la planète, plus de 5 000 événements sont prévus.
Déjà, jeudi, des jeunes ont manifesté à la tribune du Parlement suisse avec cette banderole : "c'est le compte à rebours final. Il reste 16 mois", sur un vieil air connu du groupe Europe.
Mardi, des militants du climat ont célébré les funérailles de notre Terre au début de la Semaine de la mode de Londres. Certains ont demandé l'annulation de l'événement, arguant qu'il n'y a pas de mode sur une planète morte. La capitale britannique est l'un des épicentres de cette grève mondiale ce vendredi.
"Nous avons donc une procession funèbre qui commence à Trafalgar Square et se termine au 180 The Strand, siège de la Fashion Week de Londres. Pourquoi ? Parce que nous faisons face à une urgence absolue et que nous avons tous besoin d'espace pour faire notre deuil collectivement. Et nous pleurerons la planète, la nature, les animaux et les gens qui ont souffert et qui continueront de souffrir, et les vies qui seront perdues à cause de cette crise", explique Sara Arnold, activiste du groupe Extinction Rebellion.
En Allemagne, où Angela Merkel annonce un nouveau plan pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et veut aller vers une économie plus verte, le week-end dernier, les activistes avaient bloqué le Salon de Francfort. Dans un pays aussi fier de son industrie automobile, cette manifestation était significative :
"Nous devons abandonner les transports individuels au profit des transports publics. Nous devons nous éloigner de ce plus grand, plus rapide, plus loin. Plus pour le bien public."
"Nous vivons juste à l'extérieur de la ville. Et ça marche plutôt bien pour aller en ville sans voiture, même à 10 kilomètres de là. Avec la navette, cela fonctionne. Tout est une question de réajustement. Ça fait du bien, ça coûte beaucoup moins cher. Et ça nous permet de rester mince."
La militante écologiste qui a donné un grand coup de pouce à la coordination de ce mouvement au niveau mondial, Greta Thunberg, continue, de son côté, de recueillir des soutiens. L'un des derniers à la suivre est l'ancien président des États-Unis, Barack Obama.
Par euronews