Un retraité perd environ 500.000 euros en tombant sur un faux site de bitcoins

Bitcoins
Désireux d’investir dans les cryptomonnaies, cet octogénaire a perdu environ 500.000 euros sur un
faux site de transactions. Les criminels se sont fait passés pour la Banque de France, les services fiscaux et les autorités financières européennes pour soutirer toutes les économies du retraité, selon Les Echos.
Un retraité âgé de 84 ans a perdu environ 500.000 euros après avoir investi dans des cryptomonnaies, rapportent Les Echos. L’homme est tombé sur un faux site et a été harcelé par des escrocs qui s’étaient fait passés pour des autorités financières, précise le quotidien.
Attiré par de hauts taux de rendements, l’homme a investi ses 40.000 euros via le site Internet Becoins.
Lorsqu’il a décidé de récupérer ses bénéfices, il a été contacté par un faux service fiscal qui l’a contraint à payer un impôt sur les plus-values de 18.000 euros. L’homme a refusé de verser cette somme, 70.000 euros lui ont alors été réclamés qu’il a finalement payés.

En se faisant passer pour une autorité européenne, les escrocs ont également facturé 75.000 euros de plus qu’il fallait transférer sur deux comptes différents, l’un en Angleterre, l’autre en Allemagne. L’octogénaire n’arrivait pas à rapatrier ses fonds, le harcèlement a alors continué sous couvert de la Banque de France. Pendant que cette fausse institution lui réclamait encore 90.000 euros pour débloquer son compte de placement, de soi-disant «policiers de la brigade financière» l’ont contacté pour le persuader de s’acquitter des sommes demandés.
Parallèlement, la femme du retraité recevait des messages de menaces d’incarcération. Pour régler ses fausses dettes, l’homme a été contraint de liquider son assurance-vie. C’est après une alerte de sa banque réelle qu’il a déposé plainte au commissariat de police.

Selon Les Echos, le retraité a été manipulé par une organisation d’escrocs qui l’avaient privé de toutes ses économies d’environ 500.000 euros qu’il ne récupèrera jamais. D’autant plus que le faux site avait été effacé de la Toile quelques mois après les premières contributions.
Par sputnik