Facebook veut supprimer les likes pour la santé mentale de ses utilisateurs

Après Instagram, c’est désormais au tour de Facebook de vouloir mettre fin au système des
likes. L’objectif serait de préserver la santé mentale des utilisateurs.
Parce que "la pression du like" s'avère parfois trop dure à supporter pour certaines personnes, Facebook est en train de tester une fonction qui consiste à ne plus afficher le nombre de likes sur une publication. Ainsi au lieu de voir apparaitre un chiffre, seuls les noms de vos amis qui ont déjà aimé le post devraient être visibles. 
Déjà en phase de test en Australie, la plateforme souhaite évaluer si cette fonctionnalité est réellement bénéfique pour la santé mentale de ses utilisateurs avant de l’étendre dans d’autres pays du monde. "Nous effectuons un test limité où le nombre de like, réactions et visionnages de vidéos sont privés sur Facebook. Nous allons recueillir des commentaires pour comprendre si ce changement améliorera les expériences des personnes " a expliqué un porte-parole du réseau social à TechCrunch
Facebook espère en effet que cette mesure pourra aider les utilisateurs à ne plus laisser des likes influer sur leur confiance en eux. Par ce biais, la plateforme vise également à réduire les sentiments d’anxiété ou d’insécurité souvent associés à la course à la popularité en ligne. 
Quelques mois plus tôt, en mai 2019 c’est Instagram qui avait mis en place une fonctionnalité similaire dans 6 "pays tests" comme le Canada, le Brésil ou le Japon. "Nous entendons beaucoup de gens s'inquiéter et se plaindre du nombre de likes qu'ils reçoivent sur leurs photos" avait indiqué le réseau social pour justifier cette démarche. Ils soutenaient également le fait que la suppression des likes pourrait aussi limiter la "pression" présente sur la plateforme afin que les gens puissent continuer à "s'exprimer en se sentant à l'aise". Le concept avait été plutôt bien acueilli par les personnes qui avaient eu l'occasion d'avoir accès à cette version sans likes d'Instagram. Le même scènario devrait donc se reproduire pour Facebook. 
Par Glamour