Michel Platini va faire son grand retour, mais où ?

Michel Platini 
Libre de reprendre une activité dans le monde du football depuis ce mardi, Michel Platini
assure qu’il va revenir. Où ? Le mystère reste total.
La suspension de Michel Platini est levée depuis ce mardi. A 64 ans, l’ancien président de l’UEFA peut remonter sur le ring, s’il le souhaite. « Je reviendrai », a-t-il assuré sur la télévision suisse il y a quelques jours. Mais où et quand ? Plusieurs options se dégagent pour le champion d’Europe 1984, qui pourrait par exemple briguer une nouvelle fois la présidence de la FIFA. Reste à savoir si le poison des affaires n’est pas rédhibitoire dans l’accomplissement de sa soif de revanche.

Un retour à l’UEFA, c’est non

Même s’il a toujours plaidé son innocence, son image s’est dégradée et les hommes en place ont aussi pas mal changé depuis sa mise au ban. Sans compter que Gianni Infantino vient d’être réélu pour quatre ans. Une nouvelle que Platini accueille avec ironie : « Les dernières élections ont déjà eu lieu en mai et les prochaines se tiendront dans quatre ans. Comme quoi les choses sont bien faites à Zurich », a-t-il glissé à nos confrères de L’Equipe la semaine dernière.
« Je me retrouve dans la même situation qu'avant, quand je ne savais pas si je voulais ou pas me présenter à la présidence de la FIFA. Un jour j'avais envie, le lendemain pas envie, développe le Lorrain. Dans cette interview, l’ancien patron de l’UEFA ne dit pas grand-chose sur ses projets futurs. Mais il sème quand même quelques indices. Une chose est sûre : il n’envisage pas de succéder à Aleksander Ceferin à la tête de l’instance européenne. S’il revient dans le monde du football, c’est pour tester un rôle nouveau.

Et pourquoi pas Nancy ?

Pourquoi pas la FFF, où Noël Le Graët doit rendre son tablier dans un peu plus d’un an. « Des copains me conseillent d’y aller », concède le triple Ballon d’Or. « Si la Fédération l'intéresse, évidemment que c'est un bon candidat, juge de son côté l’actuel patron du football français, toujours dans L’Equipe. Après, il faut être élu. Mais c'est tout à fait respectable s'il le souhaite. » Reste une dernière option : la présidence d’un club. Si possible un club qui tient à Michel Platini. A Saint-Etienne, l’affaire parait trop compliquée. Mais à Nancy, où tout est à faire le mariage paraît tentant.
Par Foot35