Nucléaire en Iran : l’AIEA détecte des « particules d’uranium » dans un site non autorisé

 
L’agence internationale, qui surveille de près les activités nucléaires iraniennes, évoque
l’existence d’un lieu « non déclaré ».
L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a détecté des « particules d’uranium naturel » dans un lieu non déclaré en Iran, selon un rapport consulté par l’AFP ce lundi 11 novembre à Vienne.
« L’Agence a détecté des particules d’uranium naturel d’origine anthropogénique dans un lieu en Iran non déclaré à l’Agence », peut-on lire dans ce rapport.

L’Iran a intensifié son enrichissement d’uranium

L’AIEA ne nomme pas ce site. Des sources diplomatiques ont indiqué auparavant à l’AFP que le gendarme du nucléaire avait posé des questions à Téhéran concernant un lieu signalé par Israël par le passé comme pouvant abriter des activités nucléaires supposées.
Une source a indiqué que l’AIEA avait prélevé des échantillons sur ce site du district de Turquzabad à Téhéran au printemps.
Le rapport confirme également que l’Iran a intensifié son enrichissement d’uranium, le stock d’uranium faiblement enrichi atteignant désormais l’équivalent de 551 kilogrammes. L’accord conclu par l’Iran avec les grandes puissances en 2015 n’autorise qu’un stock limité à 300 kilogrammes.
Par nouvelobs.com