Un ancien employé du consulat britannique de Hongkong dit avoir été torturé par la police secrète chinoise

Le 21 août dernier, lors d’une action de soutien à Simon Cheng devant le consulat général du Royaume-Uni. 
Simon Cheng a été détenu pendant deux semaines en août, à l’occasion d’un voyage en Chine
continentale. Pékin cherchait visiblement à montrer l’implication de Londres dans les troubles que connaît Hongkong depuis juin.
Un ancien employé du consulat britannique à Hongkong dit avoir été frappé, privé de sommeil et enchaîné cet été par la police secrète chinoise qui cherchait à lui soutirer des informations sur les manifestants mobilisés depuis juin, rapportent la BBC et le Wall Street Journal.
Simon Cheng, un Hongkongais qui a travaillé pendant près de deux ans au service du Royaume-Uni, a été détenu quinze jours en août lors d’un voyage en Chine continentale. « J’ai été enchaîné, les yeux bandés et le visage recouvert », a raconté le jeune homme de 29 ans à la BBC. « Ils frappaient sur les os, sur mes chevilles… ou sur n’importe quelle partie vulnérable. »
D’après ses déclarations au Wall Street Journal, il a été interrogé à plusieurs reprises sur le rôle de la Grande-Bretagne dans les troubles.
« Ils voulaient savoir quel était le rôle du Royaume-Uni dans les manifestations de Hongkong. Ils m’ont demandé quel était le soutien, notamment financier et matériel, qui était donné aux manifestants. »

Convocation de l’ambassadeur de Chine à Londres

Simon Cheng dit avoir donné les mots de passe de son téléphone et de ses comptes sur les réseaux sociaux. Il ajoute avoir communiqué les noms de deux membres du personnel consulaire britannique qui avaient, selon lui, des antécédents militaires ou dans les services de renseignement et donné des détails sur certaines personnes impliquées dans les manifestations.

Condamnant le traitement qui lui a été réservé par la Chine, le ministre britannique des affaires étrangères a parlé d’actes « assimilables à de la torture » et a convoqué l’ambassadeur de Chine à Londres pour lui exprimer son « indignation ». « J’ai clairement indiqué que nous souhaitions voir les autorités chinoises enquêter et demander des comptes aux responsables », ajoute Dominic Raab, dans les colonnes du Wall Street Journal.
L’ambassadeur de Chine à Londres a accusé lundi plusieurs pays étrangers, dont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine à travers leurs réactions aux violents affrontements qui se déroulent à Hongkong. Au moment de l’arrestation de Simon Cheng, le quotidien tabloïd Global Times, qui dépend du Quotidien du peuple, avait évoqué une affaire liée à la prostitution.
Par  Le Monde avec Reuters