Gabon : Un média australien prédit la fin du régime en 2020


Le média australien The Conversation pense que le régime en place vit ses dernières heures.
Convaincu que 2020 sonnera le glas du régime d’Ali Bongo, ce média en ligne prédit que cette année marquera également l’avènement de la démocratie au Gabon.

Le régime d’Ali Bongo est-il au crépuscule de son règne ?  Oui, à en croire The Conversation, un média en ligne qui propose du contenu provenant de la communauté universitaire. Le média australien fonde son analyse sur deux aspects. Il s’agit de l’état de santé d’Ali Bongo, dont la famille est au pouvoir depuis 60 ans, victime d’un accident vasculaire cérébral en octobre 2018. Mais également sur le fait que trois mois plus tard, en janvier dernier, le pouvoir a essuyé une tentative de coup d’État.
Ces événements ont «créé un fort sentiment national selon lequel la dynastie Bongo (…) est sur ses derniers pieds», a écrit un enseignant-chercheur au Département de sciences politiques et d’études internationales à l’Université de Tampa (Floride) aux États-Unis. Si Gyldas A. Ofoulhast-Othamot est conscient que la prochaine élection présidentielle au Gabon n’aura lieu qu’en 2023, il estime cependant que «le mandat d’Ali Bongo pourrait s’épuiser plus tôt», au courant de l’année 2020.
The Conversation pense également que la chute du régime s’accompagnera de l’émergence d’une démocratie véritable au Gabon. Selon The Conversation, des enquêtes montrent que 87% des Gabonais estiment que le pays va dans la mauvaise direction sous les Bongo. «De nombreux Gabonais espèrent entrer dans une nouvelle ère : la démocratie», 60 après l’indépendance du pays, a affirmé le média.
Dans l’édition 2018 de l’Indice de démocratie, en effet, le Gabon est classé 124e sur 165 pays à l’échelle mondiale et 30e sur 50 pays au niveau africain. Avec un score de 3,61, le pays d’Ali Bongo fait partie des «régimes autoritaires». «Le Gabon n’a eu que trois présidents» depuis 1960, écrit Ofoulhast-Othamot. «Le père du président actuel (Omar Bongo Ondimba, ndlr) a gouverné le Gabon avec une poigne de fer pendant 42 ans, permettant à la richesse pétrolière d’enrichir une toute petite élite et maintenant fidèlement la loyauté du pays envers la France», a ajouté l’enseignant.
Les prédictions de The Conversation se réaliseront-elles ? Ces analyses ne manqueront certainement pas de faire réagir le pouvoir en place, dont le leader est notamment revenu sur la scène nationale et internationale, après plusieurs mois de convalescence.
Par gabonreview.com