Les ambitions d'Adama Barrow après trois ans à la tête de la Gambie

Il y a trois ans, Adama Barrow battait le président Yahya Jammeh, mettant fin à 22 ans de dictature. La coalition qui l'avait porté au pouvoir avait convenu que le candidat élu devrait démissionner au bout de trois ans. Une promesse que le président gambien ne compte pas honorer, conforté par la Constitution qui garantit un mandat de cinq ans. Pour l'avenir, Adama Barrow et ses supporters nourrissent de grandes ambitions.

De retour d'une tournée à travers le pays, le président Adama Barrow est accueilli par des milliers de supporters. Yama Samateh Low veut garder le même président jusqu'en 2026. « Les prochaines élections sont en 2021 et je suis certaine qu'on va les gagner et diriger pendant 10 ans. Le développement que connaît le pays va lui permettre de se représenter. »
Pour le moment le chef de l’État n'a pas de parti politique derrière lui, c'est en cours de préparation dévoile Seedy Njie, ancien ministre de l'Information. « Tout est prêt pour le lancement du parti qui devrait se faire autour du mois de janvier. »
Le paysage politique gambien est de plus en plus fragmenté. Un nouveau parti a été lancé vendredi par un jeune politologue influent. La chasse aux électeurs s'intensifie analyse la politologue Nyima Camara. « Ils font des efforts pour attirer les jeunes et les femmes, qui ensemble forment la majorité de la population gambienne. De son côté Adama Barrow essaie d'attirer autour de lui des militants politiques venus d'autres partis. »
Aujourd'hui c'est l'ancien parti d'Adama Barrow, le Parti démocratique unifié qui est la première force politique du pays et le premier opposant au président.
Par RFI