Mauritanie: l'UPR renouvelle ses instances et acte la mise à l'écart d'Abdel Aziz

Les travaux du 2e congrès de l’Union pour la République, le parti au pouvoir, ont pris fin dimanche soir à Nouakchott. Deux jours pour permettre à l’UPR de renouveler instances du parti qui a resserré les rangs derrière le président en exercice Mohamed Ould Ghazouani.

Ce congrès signe un nouveau départ pour un parti que l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz voulait conserver après l’élection présidentielle du 21 juin dernier remportée par Mohamed Ould Cheikh Ghazouani. C’est désormais autour de lui que l’UPR vient de resserrer ses rangs et fermer la parenthèse de son prédécesseur.
Le nom de l’ancien chef de l’État mauritanien n’a même pas été cité durant les travaux de ce deuxième congrès de l’Union pour la République. En revanche, d'interminables tonnerres d’applaudissements ont retenti chaque fois que le nom de son successeur était prononcé.
C’est dans cette ambiance, que les congressistes ont choisi le nouveau président du parti, Sidi Mohamed Ould Taleb Amar, actuel directeur général des Eaux, a été ministre et représentant permanent de la Mauritanie aux Nations unies.
Il dirigera le parti avec cinq vices-présidents. Parmi eux, Yahya Ould Ahmed el-Waghef, ancien Premier ministre au moment du coup d’État de 2008 contre l’ancien président Ould Cheikh Abdallahi.
Deux jours avant l’ouverture du congrès, le parti de Yahya Ould Ahmed el-Waghef a intégré l’UPR. L’UPR dont le poste de 5e vice-président est revenu à Khalil Ould Teyib, qui a lancé dès le mois d’octobre dernier la campagne contre le retour de l’ancien président Aziz à la tête du parti au pouvoir.
Par RFI