Soudan : Omar el-Béchir condamné à deux ans de détention pour corruption

Le président soudanais Omar el-Béchir, ici en janvier 2019 à Khartoum.
L’ancien président soudanais a été condamné par un tribunal de Khartoum à deux ans de détention
dans un centre correctionnel pour corruption, samedi, quelques mois après avoir été destitué par l’armée sous la pression de la rue.
Omar el-Béchir, 75 ans, destitué le 11 avril après 30 ans de pouvoir, était jugé par un « tribunal spécial » depuis le mois d’août pour fonds perçus de l’Arabie saoudite. À l’issue de l’audience qui a duré plus d’une heure et demie, le juge Al-Sadeq Abdelrahmane a déclaré l’ex-président coupable de « corruption » et « possession de devises étrangères ».

Centre correctionnel pour personnes âgées

Le juge a expliqué que Omar el-Béchir sera placé dans un centre correctionnel pour personnes âgées, car selon la loi soudanaise, toute personne âgée de plus de 70 ans ne peut être détenu en prison.
L’un des avocats, Hashimi el-Gaaly, est allé parler à Omar el-Béchir, qui a assisté à l’audience dans une cage métallique. À son retour, il a déclaré à la cour que « l’ancien président Béchir est un officier de l’armée (…) il ne souhaite pas d’allégement de sa peine car il ne souhaite la clémence de personne ».

Ses avocats ont alors dénoncé un « procès politique » avant de quitter le tribunal. À l’extérieur du tribunal, plusieurs dizaines de partisans de l’ex-président on manifesté leur mécontentement en scandant: « Il n’y a de dieu que Dieu ».
L’ex-président fera appel de ce verdict « devant la cour d’appel et devant la haute cour », a dit à la presse à la sortie du tribunal un autre avocat, Ahmed Ibrahim, affirmant toutefois ne « pas avoir confiance dans le système judiciaire soudanais ».
Par Jeune Afrique avec AFP