Isabel Dos Santos dément les accusations de corruption portées contre elle par la justice angolaise

Isabel Dos Santos dément les accusations de corruption portées contre elle par la justice angolaise
Dans un communiqué publié jeudi dernier, Isabel Dos Santos (photo) fille de l’ex-président angolais
a démenti les accusations portées contre elle par la justice de son pays.
Le communiqué obtenu par l’agence Ecofin, dénonce le processus qui a conduit au gel des avoirs d’Isabel Dos Santos par la justice angolaise. D’après, celle qui est considérée comme la femme la plus riche d’Afrique, cette décision serait entachée de nombreuses irrégularités.
« Ayant pris connaissance de la décision rendue le 30 décembre 2019 à son encontre, par sa divulgation dans les réseaux sociaux et les médias, Isabel dos Santos précise qu’elle n’a jamais été notifiée par le procureur général de la République d’Angola ni citée par la Cour provinciale de Luanda. Ignorant le contenu de l’accusation portée contre elle, Isabel dos Santos n’a pas eu l’occasion de présenter une défense. Elle ne sait pas non plus quand les audiences des témoins mentionnés dans le jugement ont eu lieu, ni leur identité ou tout autre élément de preuve présumé versé au dossier » indique le document.
Depuis l’arrivée au pouvoir du président Joao Lourenço, la famille de l’ex-président Eduardo Dos Santos est au cœur d’une vaste opération anticorruption, qui connait depuis plusieurs semaines un procès impliquant José Filomeno Dos Santos, fils de l’ancien président accusé d’avoir détourné 1,5 milliard $ de fonds publics. Isabel Dos Santos quant à elle est accusée d’avoir fait perdre à l’État plus d’un milliard de dollars, des accusations démenties par l’ancienne dirigeante de la SONANGOL, la société publique de pétrole.
« La Cour déclare qu’elle a fondé sa condamnation sur les documents versés au dossier par le procureur général requérant et sur les témoignages figurant dans les procès-verbaux des enquêtes sur les témoins. Qui sont ces témoins qui révèlent une connaissance directe de la plupart des faits sur lesquels ils ont témoigné ? Et quels sont les documents présentés à la Cour ? » indique le communiqué.
Et d’ajouter « Les faits qui ont été donnés comme preuve pour justifier le décret de confiscation des biens d’Isabel dos Santos souffrent de faussetés, d’inexactitudes et d’omissions évidentes ».
Moutiou Adjibi Nourou
Par Agence Ecofin