Trump exige que l’Irak paye pour le retrait des forces US: «Sinon, nous y resterons»

Donald Trump
L’Irak doit rembourser les États-Unis pour les investissements dans ce pays ces dernières années
sinon l’armée américaine «y restera», a indiqué Donald Trump dans une interview.
En cas de retrait des forces américaines de l’Irak, ce dernier devra rembourser les États-Unis pour leurs investissements, a déclaré Donald Trump vendredi 10 janvier dans une interview à la chaîne Fox News, ajoutant que dans le cas contraire l’armée américaine resterait dans le pays.
«Si nous partons, vous devez nous payer. Vous devez nous payer pour l’argent que nous avons investi», a tranché le Président américain.
Il a également expliqué de quelle manière l’Irak pouvait rembourser les investissements américains et a dévoilé quelle serait la réponse des États-Unis si l’Irak refusait de payer.

35 milliards de dollars irakiens sur des comptes aux États-Unis

«Nous avons beaucoup de leur argent. Nous avons actuellement 35 milliards de dollars de leur argent sur nos comptes. Et je pense qu'ils accepteront de payer. Sinon, nous y resterons», a-t-il indiqué.

Assassinat de Soleimani, une «violation de la souveraineté»

Suite à l’assassinat le 3 janvier du général iranien Qassem Soleimani et d’Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces de sécurité, l’Irak a qualifié l’attaque de drones américains de «violation de sa souveraineté».

Le Parlement irakien a réclamé dimanche 5 janvier au gouvernement l'expulsion des troupes américaines du pays. Le ministère irakien des Affaires étrangères a annoncé le 5 janvier avoir saisi d’une plainte le Conseil de sécurité de l'Onu après «des attaques américaines contre des bases irakiennes» et «l'assassinat de commandants militaires irakiens et amis».
Après l’adoption de la résolution du Parlement irakien demandant au gouvernement de mettre fin à la présence des troupes étrangères dans le pays, les autorités américaines auraient commencé à élaborer des sanctions contre l'Irak.
5.200 militaires américains sont actuellement déployés en Irak.