HUMAN RIGHTS WATCH DEMANDE D’OUVRIR UNE ENQUÊTE INTERNATIONALE SUR LES CRIMES DANS LA ZONE ANGLOPHONE DU CAMEROUN

L’image contient peut-être : texte 
Dans un rapport rendu public ce jour, l’organisation internationale affirme qu’il est temps d’ouvrir
une internationale sur les crimes qui ont cours dans la zone anglophone afin de garantir la justice.
L’ONG souligne par ailleurs qu’au cours des élections du 9 février 2020, l’armée a été incapable de protéger les populations civiles.
Dans le rapport on peut lire: “Alors que les statistiques officielles sur le taux de participation n’ont pas encore été annoncées, dans une déclaration publiée à la clôture des élections, le ministre de l’Administration territoriale a déclaré que la population dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest « a massivement participé pour exercer ses devoirs civiques dans toutes les unités administratives ». Cependant, les rapports des médias indiquent que la participation des électeurs était faible dans ces régions à cause de l’insécurité et des craintes suscitées par les menaces et les attaques des séparatistes”.
L’un des ressortissants de la région témoigne: « Je voulais voter, mais je ne l’ai pas fait. Je ne voulais pas me prendre une balle pour avoir exercé mon droit. Les séparatistes ont attaqué les candidats et les électeurs. L’armée n’a pas été en mesure de protéger la population », a déclaré à Human Rights Watch un habitant de Kumbo, dans la région du Nord-Ouest, le 10 février”. 
BORIS BERTOLT