Incidents à Paris en marge d'un concert du chanteur congolais Fally Ipupa

Incendies aux abords de la Gare de Lyon à Paris, le 28 février 2020.
Un incendie s'est produit à Paris, aux abords de la Gare de Lyon, non loin de la salle de concert où se
produit la star congolaise Fally Ipupa, ce vendredi 28 février. Selon les premières informations, des échauffourées auraient eu lieu en marge d'une manifestation interdite d'opposants congolais.
Des scooters et du mobilier urbain ont été incendiés près de la Gare de Lyon à Paris. Les images qui circulent sur les réseaux sociaux montrent d'importantes fumées noires qui se dégagent. A 19h, 23 personnes ont été arrêtées et 54 personnes verbalisées. Des opposants au concert de Fally Ipupa à l'AccorHotels Arena, à Bercy, dans le 12e, s'étaient donné rendez-vous et l'on craignait des incidents. 
« La police intervient pour faire cesser la manifestation », a fait savoir la préfecture de police de Paris, évoquant notamment des incendies de poubelles et de scooters, dégageant une épaisse fumée noire. « La partie souterraine de la gare a été évacuée par mesure de précaution », a indiqué la SNCF, mais elle n'est pas fermée. Les pompiers sont sur place. Une dizaine de camions de pompiers sont sur place et les feux seraient en cours d'extinction.
Devant un café, des opposants à la tenue du concert. Des hommes, et des femmes, dont Anastasie, qui se présente comme la maman des Combattants. Reportage de notre reporter sur place.
Les musiciens congolais sont des leaders d'opinions, ils devraient normalement conscientiser le peuple et conscientiser aussi les dirigeants. Il appuie ceux qui sont en train de détruire le pays au détriment de la population.
Sept manifestations déclarées avaient été interdites par la préfecture de police et à la mi-journée, les forces de l'ordre ont procédé à deux interpellations et 11 verbalisations dans le secteur de Bercy.
Jean-Marc Châtaignier, ambassadeur de l'Union européenne auprès de la RDC a réagi sur Twitter :
Fally Ipupa, invité il y a peu de RFI, est montré du doigt par une certaine partie de la diaspora congolaise comme un soutien du président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi. Plusieurs Congolais interrogés par RFI sur les lieux des incidents se sont déclarés révoltés par la tenue de cette manifestation culturelle.
Par RFI