« La Chine fait taire ceux qui veulent enquêter » sur le coronavirus

Des habitants portent des masques protecteurs à la gare de Shanghaï, le 10 février. 
Frédéric Lemaître, correspondant du « Monde » à Pékin, a répondu aux questions des internautes sur
les conséquences sanitaires mais aussi politiques, en Chine, de l’épidémie provoquée par le coronavirus.
Le coronavirus 2019-nCoV continue de faire de nouveaux malades et de nouvelles victimes en Chine. Si l’on en croit les chiffres officiels, le nombre de nouveaux cas enregistrés quotidiennement commencerait toutefois à diminuer tant dans le Hubei, province la plus touchée, que dans le reste du pays. Malgré cette tendance, la Chine reste confrontée à une situation sanitaire mais aussi politique compliquée. Frédéric Lemaître, correspondant du « Monde » à Pékin, a répondu, dans un Tchat, aux questions des internautes.

L’OMS parle de stabilisation de l’épidémie due au coronavirus. N’est-il pas encore trop tôt pour utiliser ce terme ?

Frédéric Lemaître: Le directeur général de l’OMS qui, depuis sa visite à Pékin le 28 janvier — où une photo le surprend en train de faire une génuflexion devant Xi Jinping — n’a pas manqué de couvrir la Chine d’éloges, semble en effet faire preuve de davantage de prudence. Il n’exclut pas, qu’au niveau international, « nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg ». Ce qui est une expression tout sauf rassurante. J’étais au Laos, il y a deux semaines. Officiellement, aucun cas de coronavirus n’y a été relevé. Pourtant, personne n’y croit. Idem en Afrique: comment ne pas penser au manque de moyens de dépistage pour expliquer l’absence de cas ?

Le bilan des décès et des contaminés en Chine n’est-il pas sous-estimé ?

Si autant de personnes doutent des chiffres officiels, c’est que la Chine a perdu la bataille de la communication... Et c’est ce qui est en train de se produire pour trois raisons. La première est que la Chine a, durant plus de trois semaines, nié l’importance voire l’existence de la crise. La deuxième est qu’elle fait taire ceux qui veulent enquêter ou attirer l’attention sur des situations difficiles. La troisième raison est que les moyens déployés sont tels – notamment la mise en quarantaine de la province du Hubei mais aussi les restrictions imposées aux déplacements quotidiens dans nombre de villes du sud du pays – que beaucoup de gens se demandent ce que tout cela cache. Même s’il n’y a peut-être rien à cacher...

Il y a un autre raison de se méfier des chiffres: les autorités ne sont sans doute pas non plus au courant de la situation réelle, car nombre de Chinois, en ce moment, hésitent à se rendre à l’hôpital. Il est tout à fait possible que, dans le Hubei notamment, des décès ne soient pas attribués au coronavirus alors que celui-ci en est la cause. Malgré tout, en raison de la pression internationale et de l’observation du comportement du virus dans d’autres pays, la Chine ne peut pas non plus produire des données trop éloignées de la réalité.

Cette crise sanitaire peut-elle être utilisée à des fins politiques par le président chinois Xi Jinping ?

Bien sûr. D’ailleurs, pour le moment le discours chinois consiste à dire : « Vous pouvez remercier la Chine, nous contribuons à améliorer la santé dans le monde en ayant partagé toutes les informations sur le virus, en construisant un hôpital à Wuhan dans un temps record et en mettant en quarantaine près de 60 millions de personnes pour éviter la propagation du virus. » Sous-entendu : « La Chine sacrifie une de ses provinces pour sauver le monde. »

D’ailleurs, au journal télévisé, les Chinois découvrent, tous les soirs, les messages de remerciements et de félicitations venus du monde entier, et les ambassadeurs chinois sont très présents, tant sur les réseaux sociaux que dans les médias des pays où ils sont en fonction. Mais s’il ne faut évidemment pas être dupe de ce discours, il n’est pas interdit de penser qu’il y a aussi une exploitation politique de cette crise par certains, notamment aux Etats-Unis. La crise du coronavirus est aussi une guerre de communication.

Quels sont les risques politiques concrets pour les autorités chinoise ? Jusqu’où le citoyen chinois peut-il remettre le système en question?

Il ne le peut pas mais il est faux de croire que le Parti ne tient pas compte de l’avis de la population. C’est toute l’ambiguïté de ce régime. Les dirigeants savent très bien que l’harmonie à laquelle ils aspirent – et qui leur assure de rester au pouvoir – ne peut être trouvée qu’en répondant à certaines demandes de la population. Significativement, les quelques intellectuels qui s’expriment depuis le 7 février, s’appuient sur la Constitution pour réclamer davantage de liberté d’expression.

La colère provoquée par la mort de Li Wenliang, le jeune médecin lanceur d’alerte sur le coronavirus, peut-elle déstabiliser le pouvoir chinois?

Cette mort contribue à mettre le pouvoir en porte-à-faux vis-à-vis de son opinion. Elle renforce les critiques à son égard et elle donne un visage à cette épidémie. Elle lui donne aussi un martyr. Mais, pour le moment, je ne vois pas d’autre remise en question. Il est intéressant de noter que les quelques voix courageuses qui s’élèvent actuellement réclament surtout plus de libertés, et non que des têtes tombent. Il y a sans doute un bon nombre de Chinois qui pensent, qu’en ces temps difficiles, seul un pouvoir fort a les moyens de résoudre rapidement cette crise. C’est d’ailleurs le discours que véhicule la propagande.
Par Le Monde