Le point sur le coronavirus : un bilan de plus de 900 morts et « une période de stabilité », selon l’OMS

Un bureau désinfecté à Shanghaï, le 9 février 2020. 
Le nombre de personnes infectées dépasse désormais 40 000, mais l’OMS constate « une période où
le nombre de cas rapportés n’a pas progressé ».
Le virus 2019-nCoV, apparu en décembre, a fait 908 morts en Chine continentale, où le nombre des personnes infectées dépasse les 40 000, selon le bilan établi lundi 10 février par les autorités, confirmant une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie. Depuis dimanche, le bilan du coronavirus 2019-nCoV a dépassé celui de l’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui était apparue dans le pays et s’était propagée à travers le monde en 2002-2003, faisant 774 morts.
A l’occasion d’une visite dans un quartier résidentiel de Pékin pour assister aux efforts de lutte contre la contagion, le président, Xi Jinping, est apparu pour la première fois lundi le visage couvert d’un masque de protection. Selon des images diffusées par la télévision nationale sur les réseaux sociaux, l’homme fort du régime communiste apparaît avec un masque bleu clair sur le visage et se laisse prendre la température de l’avant-bras à l’aide d’un thermomètre électronique, un rituel désormais courant dans le pays à l’entrée des lieux publics.
  • « Une période de stabilité de quatre jours »

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de contaminations relevées quotidiennement en Chine se stabilise, mais il est trop tôt pour conclure que l’épidémie a dépassé son pic. Elle a causé 97 décès – dont 91 dans la seule province du Hubei – et 3 062 cas de contamination supplémentaires dimanche, portant à 40 171 le nombre de patients infectés par le virus en Chine.
« Nous enregistrons une période de stabilité de quatre jours, où le nombre de cas rapportés n’a pas progressé. C’est une bonne nouvelle et cela pourrait refléter l’impact des mesures de contrôle », a déclaré le responsable des programmes sanitaires d’urgence de l’OMS, Michael Ryan.
Une « mission internationale d’experts » de l’OMS dirigée par Bruce Aylward, vétéran ayant travaillé sur d’autres urgences sanitaires, est partie dimanche soir pour la Chine afin d’enquêter sur l’épidémie, a annoncé l’organisation.
  • Le directeur de l’OMS invite à rester vigilant

L’expansion du nouveau coronavirus hors de Chine pourrait toutefois s’accroître avec la transmission de la maladie par des personnes n’ayant jamais voyagé dans ce pays, s’est alarmé dimanche le directeur général de l’OMS. « Il y a eu des cas inquiétants de propagation du #2019nCoV par des personnes sans antécédents de voyage » en Chine, a tweeté Tedros Adhanom Ghebreyesus en utilisant la dénomination scientifique provisoire du virus.
« La détection d’un petit nombre de cas peut indiquer une transmission plus répandue dans d’autres pays ; bref, nous ne voyons peut-être que la partie émergée de l’iceberg », a ajouté l’Ethiopien. Alors que l’expansion de l’épidémie hors de Chine semble plutôt mesurée, M. Ghebreyesus a prévenu qu’elle pourrait s’accélérer :
« Le confinement [du virus] reste notre objectif, mais tous les pays doivent utiliser la fenêtre d’opportunité créée par la stratégie de confinement pour se préparer à l’arrivée éventuelle du virus. »
En dehors de la Chine continentale, plus de 350 malades ont été répertoriés dans une trentaine de pays et territoires, et il y a eu deux morts, le premier aux Philippines, le second à Hongkong. Plusieurs pays ont interdit les arrivées de Chine et les grandes compagnies aériennes ont suspendu leurs vols en lien avec ce pays. Air China a annulé certains de ses vols vers les Etats-Unis.

910 morts du coronavirus au 10 février 2020
Ce tableau présente les cas d'infections confirmées et les cas mortels de coronavirus dans le monde. Dernière mise à jour le 10/02/2020 à 04 h 15.
infections
morts
Chine
40 171
908
Hongkong
22
1
Philippines
3
1
Japon
92
Singapour
40
Thaïlande
32
Corée du Sud
25
Malaisie
17
Taïwan
16
Australie
15
Etats-Unis
15
Allemagne
14
Vietnam
13
France
11
Macao
10
Emirats arabes unis
7
Canada
7
Royaume-Uni
4
Italie
3
Inde
3
Russie
2
Espagne
2
Suède
1
Népal
1
Cambodge
1
Sri Lanka
1
Finlande
1
Belgique
1
Soit un total de :
40 530 infections confirmées
910 morts
  • Au Royaume-Uni, une « menace grave pour la santé publique »

Le gouvernement britannique a annoncé des mesures pour protéger le public, qualifiant « l’incidence ou la transmission du nouveau coronavirus » de « menace grave et imminente pour la santé publique ». Dans le cadre des nouvelles mesures, les personnes atteintes de coronavirus peuvent désormais être mises en quarantaine de force ; elles ne sont pas libres de partir et peuvent être isolées contre leur volonté si elles constituent une menace pour la santé publique.
« Nous renforçons nos réglementations afin de pouvoir maintenir les individus à l’isolement pour leur propre sécurité et si les professionnels de la santé publique estiment qu’ils risquent de propager le virus à d’autres personnes », a déclaré un porte-parole du ministère de la santé.
Quatre personnes en Angleterre ont été testées positives au nouveau coronavirus, portant à huit le total de personnes touchées, a annoncé lundi le ministère de la santé. « Les nouveaux cas sont tous des contacts connus d’un cas précédemment confirmé au Royaume-Uni », a précisé le ministère, expliquant que « le virus a été transmis en France ».
  • Nouvelles contaminations sur le Diamond-Princess

Le paquebot « Diamond-Princess » en quarantaine dans le port de Yokohama, le 10 février 2020. Soixante cas supplémentaires de contaminations au coronavirus ont été signalés.
Le paquebot « Diamond-Princess » en quarantaine dans le port de Yokohama, le 10 février 2020. Soixante cas supplémentaires de contaminations au coronavirus ont été signalés. CHARLY TRIBALLEAU / AFP
La situation à bord du paquebot Diamond-Princess, mis en quarantaine depuis le 3 février, avec 2 666 passagers et 1 045 membres d’équipage dans le port de Yokohama (Japon), au sud de Tokyo, s’est, elle, encore compliquée, avec une soixantaine de personnes de plus parmi les passagers et les membres du personnel testées positives au nouveau coronavirus, ont rapporté lundi les médias japonais. Ce nombre supplémentaire porte aux alentours de 130 le nombre d’individus contaminés sur le navire de croisière et est arrivé il y a une semaine au large du port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo.
Avant que soient connus les soixante nouveaux cas, une centaine des passagers et membres d’équipage avaient déjà été hospitalisés, les quelque 3 600 autres, essentiellement des personnes âgées de diverses nationalités, étant toujours en quarantaine à bord. Cette période de mise à l’écart pourrait durer jusqu’au 19 février.
  • Timide reprise du travail dans certaines régions de Chine

En Chine, le travail reprenait timidement lundi en dehors des régions sous quarantaine, même si les étudiants restent en vacances et que les entreprises sont incitées à laisser leurs employés travailler à domicile. A Pékin comme à Shanghaï, la circulation automobile connaissait un léger regain d’activité, loin toutefois des embouteillages habituels.
Le métro de Pékin n’enregistrait que 50 % de sa fréquentation normale pour un jour de semaine, selon les médias publics. Les salariés qui reprenaient le travail le faisaient parfois la peur au ventre. « Nous sommes inquiets, c’est sûr », a déclaré à l’Agence France-Presse un employé d’un salon de beauté désert dans un quartier d’affaires de la capitale.
Dans les bureaux, la mairie de Shanghaï conseille d’éviter les regroupements de personnel en adoptant des horaires décalés, en évitant les repas entre collègues qui doivent conserver entre eux une distance d’au moins un mètre. Les systèmes d’aération par soufflerie doivent rester éteints. Signe des difficultés économiques provoquées par le virus, Pékin a annoncé lundi un bond de plus de 20 % des prix de l’alimentation en janvier.
Le Monde avec AFP