Comment le coronavirus et la guerre des prix du pétrole peuvent affecter le Nigeria

Le Nigeria est particulièrement vulnérable à une période prolongée de prix bas du pétrole – mais il
devrait en profiter pour déréglementer le secteur de l’aval pétrolier et revoir son compte d’excédent de brut.
Le prix du pétrole brut brent est tombé à environ 33 dollars le baril lundi 9 mars, la pire chute de ce type en une journée depuis 1991. L’Arabie saoudite, et son ancien allié non-Opep (Opep+), la Russie, n’ont pas pu s’accorder le 6 mars sur des réductions de production de pétrole.
Au début de cette année, le prix du baril de brut était tombé à près de 45 dollars, le plus bas niveau depuis des années. Maintenant, le coronavirus, qui a réduit la demande chinoise de pétrole jusqu’à 20 %, vient ajouter de l’huile sur le feu.
Le prix de référence du brut dans le budget nigérian est de 57 dollars
Pour le Nigeria, membre de l’Opep, la voie à suivre pour augmenter rapidement la production est limitée par des problèmes opérationnels, réglementaires et d’infrastructures.