Coronavirus: Alibaba envoie 500000 masques en Belgique

La saga des protections manquantes pour le personnel soignant se règle peu à peu grâce à une
intervention du roi Philippe. Mais des manquements graves ont été constatés.
Les masques de protection, en grave pénurie pour le personnel soignant, vont-ils finalement arriver en Belgique, alors que l'épidémie s'aggrave à un rythme soutenu? La RTBF annonce qu'un demi-million de masques de protection sont offerts à la Belgique par l'entreprise chinoise de commerce en ligne Alibaba et la Fondation Jack Ma. Notre pays recevra également 30.000 kits de tests afin de lutter contre le Covid-19. Les premiers 300.000 masques arrivent à Liège ce midi, tandis que la deuxième partie du don suivra dans le courant de la semaine. C'est l'intervention personnelle du roi Philippe, qui a de très bons contacts avec Jack Ma, que cette décision a pu être trouvée.
Cette saga a toutefois été marquée par des manquements graves et une anticipation nulle. Depuis plusieurs semaines, les syndicats médicaux ont averti les politiques que la pénurie de masques était inquiétante alors que le personnel soignant est en première ligne pour lutter contre la maladie.
Le gouvernement belge aurait ainsi été escroqué par des producteurs de masques en Turquie auprès desquels une commande de dix millions de pièces aurait été passée. Une plainte a été déposée dès vendredi par le SPF Santé publique, selon le parquet de Bruxelles. Tout ou partie de cette commande serait concernée par l'escroquerie.
Selon le site d'informations Business AM, derrière la livraison infructueuse de 5 millions de masques buccaux se cacherait Mahmut Öz, un membre du parti de la ministre fédarale de la Santé Maggie De Block (Open Vld). Le site, qui a pu consulter l'appel d'offres, évoque le fait que la société choisie, sur base de critères liés à la rapidité et au prix, n'était autre que MOSSA VOF. Derrière ce nom se cacherait Mahmut Öz de Temse, qui figurait l'année dernière sur la liste des députés de Flandre orientale pour le parti libéral flamand. 'Je trouve extraordinaire que la ministre De Block n'ait pas enquêté pour savoir si la société a une crédibilité médicale suffisante', s'émeut Kathleen Depoorter, députée N-VA et pharmacienne elle-même.
Plusieurs spécialistes réputés, dont le virologue MarcVan Ranst, avaient demandéce week-end et ce lundi matin aux détenteurs privés de masques de les céder au personnel soignant pour faire face à la pénurie.
Suite à cet appel, une entreprise a notamment offert 600 masques à un hôpital.
Par levif.be