Coronavirus en Algérie: les écoles et les universités fermées

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune a décidé, jeudi 12 mars, de fermer les écoles et
universités du pays. Et ce pour lutter contre la propagation du coronavirus qui a causé un décès en Algérie.
Cette mesure prendra effet dès dimanche jour de reprise théorique des cours en Algérie. Pour Azzi Abdelmalek, coordinateur national du CNES, le Conseil national des enseignants du supérieur, la décision est bonne : « Je pense sincèrement que la décision est tout à fait correcte, la décision de fermer les universités et les écoles, puisqu’il s’agit de sécurité nationale, comme c’est le cas dans beaucoup de pays. D’autres pays ont déjà pris ces dispositions, ces mesures. Quelles que soient les divergences, quelles que soient les dispositions, quand il s’agit de sécurité nationale, on est obligés d’être d’accord. Donc on n’a pas le choix. »
Une mesure qui dans un premier temps devrait ne pas avoir beaucoup d’incidence sur les programmes scolaires : « Cela n’a pas vraiment une grande incidence, parce que normalement, les vacances c’est dans une semaine. Donc on aura perdu une semaine d’enseignement … (Au regard) des conséquences que pourrait avoir la contamination par le virus, cela n’a rien à voir, je pense. »
Pas beaucoup de recours aux technologies numériques
« Certains enseignants qui ont déjà intégré auparavant l'outil numérique, l’outil Internet, dans leurenseignement, pourront continuer à travailler avec les étudiants, mais ce n’est pas le cas de la majorité des enseignants », ajoute Azzi Abdelmalek.
Par RFI