Coronavirus : la Banque du Japon intervient pour rassurer les marchés

Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la Banque du Japon, à Tokyo, le 31 octobre 2019. 
L’économie du pays est affectée par l’épidémie de Covid-19. La BoJ a annoncé l’injection de
liquidités par le biais d’achat d’actifs.
Inquiet de la dégradation de l’économie japonaise et de l’effondrement des marchés à cause de l’épidémie due au coronavirus, le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Haruhiko Kuroda, a tenté de rassurer les marchés après une semaine qui a vu l’indice Nikkei chuter de 9,6 %, à 21 142,96 points. L’établissement central « va s’efforcer de fournir suffisamment de liquidités et d’assurer la stabilité des marchés financiers grâce à des opérations appropriées et à des achats d’actifs », a-t-il expliqué dans un communiqué lundi 2 mars.
La BoJ a ensuite annoncé des mesures techniques qui ont soutenu les marchés, le Nikkei ayant clôturé la séance en hausse de 0,91 %, à 21 344,08 points. De telles mesures, qui s’ajoutent aux programmes d’achats d’actifs de la BoJ dans le cadre de sa politique monétaire ultra-accomodante, n’avaient pas été prises depuis quatre ans et l’annonce du vote des Britanniques en faveur du Brexit.

Récession du secteur industriel

Elles interviennent alors que l’économie semble sévèrement affectée par l’épidémie due au coronavirus. Le tourisme s’effondre sous l’effet des annulations de voyages des Chinois qui représentent 30 % des visiteurs étrangers dans l’Archipel. Le gouvernement a demandé la fermeture dès le 2 mars, de toutes les écoles et appelé les entreprises à recourir au télétravail. De nombreux événements culturels ou sportifs sont aussi annulés ou reportés.
Par ailleurs, l’indice PMI de l’activité industrielle calculé par Markit/Jibun Bank a reculé en février à 47,8, contre 48,8 en janvier. Annoncé lundi, il est à son plus bas niveau depuis mai 2016. Les commandes de biens manufacturiers japonais ont chuté à un rythme jamais vu depuis décembre 2012. En raison aussi de la contraction des échanges avec la Chine, premier partenaire commercial du Japon.

« Les perspectives à court terme pour le secteur industriel japonais apparaissent très sombres », estime Joe Hayes, économiste chez IHS Markit, le cabinet auteur de l’étude. La situation au Japon « n’est pas aussi mauvaise en février que dans les autres pays de la région Asie-Pacifique », estime M. Hayes. Mais, le déclin « ne peut être totalement imputé à l’épidémie de Covid-19 et il semble que la récession du secteur industriel a des causes plus profondes ».
De fait, selon les données dévoilées lundi par le gouvernement, les investissements en capital des entreprises ont chuté de 3,5 % entre octobre et décembre 2019, par rapport à l’année précédente. Il s’agissait de la première baisse en 13 trimestres.
Le Monde