Iran: en pleine crise de coronavirus, l’alcool frelaté cause plus de 120 morts

L'Iran est le troisième foyer du coronavirus après la Chine et l'Italie. 14 000 personnes ont été
contaminées, dont 724 sont décédées. Et le pays affronte une autre crise : 126 personnes ont trouvé la mort ces derniers jours pour avoir consommé de l'alcool frelaté.
Publicité
Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi
C'est une conséquence indirecte du coronavirus : sur les réseaux sociaux, des imposteurs ont publié des informations pour affirmer que l'alcool protégeait les gens contre le fléau. Il suffirait de mélanger de l'eau de javel dans de l'alcool industriel pour rendre sa couleur blanche, et le vendre ensuite comme de l'alcool produit localement.
En plus du nombre important des personnes mortes, plus de 1000 autres ont été empoisonnées à travers le pays, dont certains sont toujours en état grave dans les hôpitaux.
Les autorités ont arrêté plusieurs personnes pour avoir vendu de l'alcool frelaté et ont multiplié les mises en garde contre la consommation de tels produits.
La fabrication et la consommation de l'alcool sont interdites en Iran depuis la révolution islamique de 1979, mais de nombreux Iraniens consomment de l'alcool généralement fabriqué localement. Il s'agit surtout d'une sorte de vodka qui ressemble à de l'arak turc.
Selon les autorités sanitaires, le nombre des victimes pourrait encore augmenter au cours de ces prochains jours.
Par RFI