Pandémie.Le Portugal régularise temporairement ses immigrés pour les protéger du Covid-19

Partout où le confinement est appliqué se pose la question du sort des populations les plus exposées –
dont les travailleurs sans-papiers. Le Portugal y répond de façon pragmatique, en régularisant toutes les personnes qui en avaient fait la demande avant l’entrée en vigueur de l’état d’urgence, observe El País.

Le gouvernement portugais a pris le 28 mars une série de mesures sociales et économiques pour compenser les effets de l’état d’urgence, déclaré le 18 mars dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, rapporte le quotidien espagnol El País.
Parmi ces mesures, la régularisation de tous les immigrés qui avaient introduit une demande. Ils obtiennent ainsi “les mêmes droits que les citoyens portugais”, tant au niveau de l’accès des soins de santé que des aides financières, explique le journal. “Il suffira de produire le document de demande de régularisation pour s’adresser aux services publics de santé, pour signer un contrat de travail, ouvrir un compte courant ou demander l’allocation prévue en cas de suspension du contrat de travail, ou l’allocation extraordinaire destinée aux travailleurs qui doivent rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants, parents ou grands-parents.”

La main-d’œuvre du BTP et de l’agriculture

Cette disposition permet en outre de résoudre le problème bureaucratique entraîné par l’état d’urgence : de nombreux services publics étant fermés, dont les services de l’immigration, ils ne seraient pas en mesure d’honorer les rendez-vous accordés précédemment. De même : “les permis de séjour qui arrivaient à échéance sont renouvelés automatiquement.”, précise El País.
Si le gouvernement portugais n’a pas donné d’indication quant au nombre de personnes concernées par cette régularisation, on sait qu’elle “profitera principalement à l’importante communauté brésilienne, aux secteurs de la construction et de l’agriculture – qui s’appuie largement sur la main-d’œuvre asiatique dans le sud du pays.”
Comme l’explique El País, la double vulnérabilité des travailleurs irréguliers face à l’épidémie et aux conséquences du confinement était apparue dès le début du mois de mars, quand un ouvrier agricole népalais positif au coronavirus avait été détecté dans les serres de l’Algarve, dans le sud du pays :
Du jour au lendemain, 79 Népalais ont été confinés dans une école, provoquant chez eux une réaction confuse. Certains d’entre eux se sont enfuis, croyant qu’on les enfermait avant de les renvoyer dans leur pays. On leur a finalement expliqué la motivation sanitaire de ce confinement.”
Ce problème a mis en lumière le cas des personnes en situation irrégulière : “deux semaines plus tard, seuls 18 d’entre eux – les seuls qui se sont avérés positifs au coronavirus – sont toujours confinés dans une école de Faro. Les autres sont retournés travailler dans les serres puisque, s’ils ne travaillaient pas, ils ne gagnaient rien. Ils n’avaient pas droit aux allocations extraordinaires [décrétées dans le cadre de l’état d’urgence].”
Par courrierinternational.com