Pas question de fermer la frontière canado-américaine, dit Trudeau

(Ottawa) Si l’administration Trump a provoqué le chaos dans la majorité des aéroports internationaux
en suspendant tous les voyages en provenance d’Europe pour une période de 30 jours, les États-Unis n’ont pas l’intention de fermer leur frontière avec le Canada, a assuré dimanche le premier ministre Justin Trudeau.
Un tel « scénario » n’a jamais été évoqué durant les deux entretiens qu’a eus le premier ministre avec le président américain au cours des derniers jours.

« Nous avons une approche extrêmement coordonnée. Mais on ne voit pas une situation ou un scénario où on pourrait fermer la frontière », a indiqué M. Trudeau dimanche matin dans une entrevue qu’il a accordée au réseau LCN.
Debout devant le Rideau Cottage où il doit s’astreindre à un isolement de 14 jours avec ses trois enfants après que son épouse Sophie Grégoire eut contracté la COVID-19 au retour d’un voyage à Londres, M. Trudeau a tout de même pris soin de répéter l’appel lancé samedi par le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne aux Canadiens se trouvant à l’étranger de rentrer le plus rapidement possible au pays.
Cet appel a été lancé non pas parce que le gouvernement canadien compte fermer ses frontières à certains pays, comme l’ont fait les États-Unis, mais parce que le nombre de vols commerciaux pouvant ramener les Canadiens de l’étranger risque de devenir rarissime au cours des prochains jours et des prochaines semaines.
« Mais je peux rassurer nos Snowbirds. Jamais on n’empêcherait un Canadien de rentrer au Canada. Mais il faut savoir que les transporteurs aériens vont prendre des décisions dans les jours ou les semaines à venir qui pourraient rendre cela difficile. Donc, on encourage les gens à essayer de revenir bientôt ».
Au sujet de la demande insistante du premier ministre du Québec François Legault d’adopter des mesures plus musclées en ce qui a trait à la gestion de la frontière, en limitant par exemple le nombre de visiteurs, Justin Trudeau a indiqué que des mesures de dépistage plus rigoureuses ont été mises en œuvre. D’autres mesures devraient être annoncées au cours des prochains jours par le ministre des Transports Marc Garneau et le ministre de la Sécurité publique Bill Blair.
M. Garneau doit annoncer dimanche ou lundi les détails de la façon dont le Canada va réduire le nombre d’aéroports où les aéronefs en provenance de l’étranger pourront se poser.
À l’instar de la ministre fédérale de la Santé, Patty Hadju, M. Trudeau a fait valoir que le nouveau coronavirus ne respecte pas les frontières.
« Il faut toujours prendre des décisions ancrées dans la science et en suivant les recommandations de santé publique. Quand le virus est apparu en Chine, les États-Unis, l’Italie et d’autres pays ont fermé leurs frontières carrément aux Chinois et cela n’a pas fonctionné. Il y a quand même eu une hausse des cas de virus. Nous avons géré différemment en faisant des suivis directs avec les voyageurs et on a pu empêcher qu’il y ait une augmentation du nombre de cas. Oui nous avons pris des mesures et nous allons prendre plus de mesures aussi. Mais nous allons nous appuyer sur les recommandations. Mais je vous rassure. Il n’y a rien qui est écarté comme possibilité », a-t-il indiqué.
M. Trudeau doit s’entretenir avec ses homologues des pays du G7 lundi afin de coordonner un plan de relance costaud pour soutenir l’économie.
« Nous allons faire face à des semaines, peut-être des mois de difficultés économiques. Nous devons et nous allons être là au gouvernement pour envoyer de l’argent directement aux ménages et aux familles qui en ont besoin parce que nous devons pouvoir rebondir après cette crise ».
Le premier ministre a rappelé que le ministre des Finances Bill Morneau doit annoncer ces mesures au début de la semaine.
Joël-Denis Bellavance
La Presse.ca