A Berlin, les travailleurs indépendants ont déjà reçu 5 000 euros d’« allocation corona »

La banque publique de Berlin a distribué jusqu’ici 900 millions d’euros d’allocations à près de
100 000 indépendants et petites entreprises, particulièrement nombreux dans la capitale allemande.
Quand elle s’est réveillée lundi 30 mars, Julie, artiste indépendante à Berlin, a immédiatement vérifié l’état de son compte. Et s’est frotté les yeux : 5 000 euros avaient bien été virés par l’IBB, la banque publique d’investissement berlinoise, sous le titre « allocation corona ». Elle a reçu l’argent moins de 48 heures après avoir déposé sa demande en ligne, en même temps que des dizaines de milliers d’indépendants éligibles à cette aide directe, qui n’a pas à être remboursée. Un cadeau du ciel.
Le Land de Berlin, habituellement réputé pour ses retards, s’est surpassé. Et pour cause : artistes, consultants, spécialistes de l’événementiel, interprètes ou professeurs de yoga indépendants sont légion dans cette ville où l’industrie est faiblement représentée. 260 000 personnes travaillent comme indépendants à Berlin, soit 11,2 % de la population active, contre de 3 à 9 % dans le reste du pays. Un quart d’entre eux officie dans le secteur artistique. Toute chute d’activité, même de courte durée, peut être dramatique pour ces travailleurs non soumis à l’assurance chômage obligatoire et en général inéligibles à un prêt bancaire. Dès l’ouverture du dispositif, le site a été surchargé de demandes.

Souffler

« Quand j’ai réussi à me connecter, on m’a donné un numéro. Et là j’ai eu un choc : j’étais dans les 70 000, avec plus de 30 000 personnes devant moi ! », raconte Trent Zummallen, consultant en communication. « Et on m’a dit que j’aurais au maximum 35 minutes pour remplir le formulaire. Avec les problèmes techniques du site, j’ai vraiment cru que je n’y arriverais pas. » Lundi arrive « le miracle », la preuve du virement, qu’il a immédiatement postée sur son compte Facebook, pour « donner de l’espoir à mes amis patrons de restaurant qui se demandent quand ils vont se mettre en faillite ». Il s’inquiète quand même des questions du fisc allemand après la crise. « Comment dois-je déclarer la somme à l’administration fiscale ? Comme un don ? Une subvention ? »

« J’avais rempli le formulaire en ligne samedi après-midi, puis j’ai reçu un courriel de confirmation, c’est allé très vite », poursuit Julie, qui vit à Berlin depuis dix ans. Artiste sérigraphiste de profession, elle cumule avec un emploi « alimentaire » comme graphiste indépendante dans une entreprise berlinoise. « Tout s’est arrêté du jour au lendemain. Les galeries qui vendaient mes œuvres ont fermé. Il n’y a plus de touristes pour les acheter et l’entreprise qui me faisait travailler m’a déjà dit qu’elle ne me reprendrait pas ce printemps. Sans cette aide j’aurais été en grande difficulté », poursuit-elle.