Au Rwanda, le gouvernement privé de salaire pour aider la population face au coronavirus

Les mesures de confinement ont eu un fort impact sur les plus défavorisés, frappés par la hausse du
chômage et du prix des denrées alimentaires.
Les ministres et hauts fonctionnaires rwandais ne toucheront pas de salaire en avril et cet argent sera affecté à des programmes sociaux pour aider les plus pauvres à résister à l’impact de la crise économique liée au coronavirus, a annoncé le gouvernement, dimanche 5 avril au soir. « Le gouvernement rwandais a décidé, en sus de toutes les initiatives actuelles de protection sociale, que tous les membres du gouvernement, les directeurs de cabinet, les chefs d’institutions publiques et d’autres hauts responsables devront renoncer à un mois de salaire », a déclaré le premier ministre, Edouard Ngirente, dans un communiqué.

Ce sacrifice a pour objectif de témoigner de la « solidarité » des autorités avec le peuple, dans un pays qui a imposé un confinement strict pour limiter la propagation du coronavirus. « Ensemble, nous contiendrons cette épidémie », a ajouté M. Ngirente. Le gouvernement n’a pas précisé combien exactement de personnalités politiques et administratives sont concernées par ce reversement de salaire, ni combien d’argent il espère ainsi collecter.

Un prêt du FMI

Le Rwanda a été l’un des premiers pays africains à imposer, le 21 mars, un strict confinement, en fermant tous les magasins sauf ceux absolument essentiels, en suspendant les transports publics et en interdisant tous les « déplacements non essentiels » hors du domicile. Ces mesures ont été étendues au moins jusqu’au 19 avril et ont eu un fort impact sur les plus défavorisés, frappés par la hausse du chômage et du prix des denrées alimentaires.

Le gouvernement a distribué des biens de première nécessité à environ 20 000 personnes vulnérables de la capitale, Kigali, mais les besoins sont immenses dans ce pays de 12 millions d’habitants où environ 40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé la semaine dernière un prêt de 110 millions de dollars (101 millions d’euros) au Rwanda pour contrecarrer les effets économiques du coronavirus.
Lundi, à 10 h 30 GMT, le Rwanda comptait 104 cas confirmés de coronavirus, soit l’un des chiffres les plus élevés en Afrique de l’Est.
Le Monde avec AFP