Cameroun:QUELQUE CHOSE NE VA PAS DANS CE PAYS Par Haman Mana

https://scontent.fdla3-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/93480904_281328236201646_1791584657645502464_n.jpg?_nc_cat=111&_nc_sid=110474&_nc_ohc=YBAWPSJB2q0AX8qkXxQ&_nc_ht=scontent.fdla3-1.fna&oh=1280b3ebefbf8d13a75d09029ff73bd1&oe=5EBDF95C 
“Quelque chose ne va pas...
Les mêmes qui ont voué aux gémonies Macron après le Salon de l'agriculture,
Les mêmes qui ont manifesté devant l'ambassade de France à Yaoundé,
Jubilent à ce jour parce que l'ambassadeur de France a rendu visite à leur champion...
Quelque chose, décidément, ne va pas”.
HAMAN MANA
Mon commentaire: Il faut lire simplement Frantz Fanon et Achille Mbembe sur l’impact de la violence sur les structures mentales ou psychologiques des peuples opprimés. La violence n’agit pas seulement sur les corps. C’est d’abord une entreprise de disciple, soumission et de docilisation. Et au final l’opprimé devient son propre ennemi. Le psychologue indien Ashish Nandy parle justement de l’ennemi intérieur pour décrire cette forme d’intériorisation de l’oppression qui nous rend inapte à la liberté. Pour paraphraser Giorgio Angamben je dirai simplement que ce sont des vies nues dépouillées de toute rationalité. Cependant ces situations ne sont pas éternelles. La formation, la patience et la pédagogie sont fondamentales et c’est ce que Maurice Kamto est en train de faire.
BORIS BERTOLT